Pétanque : Le MJS insiste sur le respect de la légalité

Jacaranda
Les sportifs ne seront pas pénalisés

La situation de la pétanque malgache reste toujours d’actualité après la sanction de la Fédération malgache de pétanque (FMP) par la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal (FIPJP).

En avril 2019, le président de la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal (FIPJP), Claude Azema, à travers un mail officiel, a précisé que le cas de la Fédération malgache de pétanque reste en suspens jusqu’à la mise en place officielle d’une nouvelle équipe par une assemblée générale élective ayant obtenu l’aval du Ministère de la Jeunesse et des Sports et du Comité Olympique. Un échange de correspondance a été fait entre le ministère de tutelle en collaboration avec le Comité Olympique Malagasy  et la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal. « Nous en avons pris acte de toutes les correspondances émanant de cette instance internationale, tout en respectant la loi en vigueur qui régit le sport à Madagascar. Ce qui signifie pour nous que, les personnes reconnues par la FIPJP auront la mission de préparer les élections des démembrements du monde de la pétanque à Madagascar, ainsi que celle de la fédération tout en s’occupant des affaires courantes, notamment la préparation de l’équipe nationale et la participation aux rendez-vous internationaux », souligne le communiqué du MJS. Après les élections, une AG Extraordinaire doit se tenir pour remplacer la FMP par la FSBM, ce qui mettra tout le monde dans le cadre de la légalité. Les dirigeants ( personnes physiques ) sont suspendus par la FIPJP, mais la Fédération Malgache de Pétanque ( personne morale) reste la seule fédération légalement constituée ayant obtenu un certificat de conformité en bon et due forme à l’époque. Car il faut noter que la FMP reste la propriété de Madagascar et non de ses membres d’où la possibilité de changement d’appellation après avoir effectué une élection démocratique. Tout en prenant acte de la décision de la FIPJP sur les sanctions à l’endroit de certaines personnes dont seule le TAS (Tribunal Administratif du Sport) est l’instance habilitée à modifier ou confirmer la sanction. Ces personnes ainsi désignées et reconnues constituent un comité  provisoire pour préparer les élections et notamment s’occuper des affaires courantes de la discipline, entre autres la préparation des joueurs, les qualifications des joueurs et participation de la Grande Ile dans toutes les échéances internationales. Une lettre officielle émanant du MJS et du Comité Olympique allant dans ce sens a déjà été envoyée à la FIPJP le 23 Mai 2019. « A-t-on besoin de rappeler ici que Madagascar est un Etat de droit, jouissant pleinement de sa souveraineté ? À cet effet, nous avons des lois régissant le sport et le mouvement sportif au pays, surtout concernant la mise en place d’une fédération sportive. Laquelle se doit d’être conforme à la loi en vigueur de chaque pays. Nous avons adhéré également aux instances sportives internationales et nous nous conformons à leur statut et disposition tout en respectant nos lois, lesquelles n’ont jamais été contraires à celles de ces instances internationales. Sinon, elles n’auront pas leur raison d’être », continue le communiqué du MJS. D’ailleurs, l’agenda olympique 2020 préconise le respect des lois en vigueur des pays membres des fédérations internationales. Un agenda où tout le monde sans exception, fédérations nationales qu’internationales sont contraintes de s’y soumettre. Le MJS n’a aucune objection quant à la décision de la FIPJP de suspendre les dirigeants de la FMP, à eux de se justifier à travers le TAS ou Tribunal Administratif Sportif » et faire-valoir leur droit. Toutefois, pour rester dans la légalité, la mise en place de mesures d’accompagnement relative à cette décision doit aussi respecter la loi en vigueur à Madagascar. Et cela passe par la mise en place d’un comité de gestion provisoire et non par la reconnaissance directe et immédiate d’une nouvelle fédération qui n’a pas respecté toutes les procédures légales quant à sa mise en place. Le MJS affiche pleinement sa disposition à octroyer une attestation aux personnes reconnues par la FIPJP pour s’occuper provisoirement de la discipline, en attendant la régularisation de la situation conformément aux textes en vigueur au niveau international mais surtout national, et ce, afin de ne pas pénaliser nos sportifs ainsi que leur participation aux rendez-vous et compétitions internationales.

recueilli par T.H

Blueline Air Fiber

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. · Edit

    Quelque soit les actes entrepris par le mjs malgache cela n aura pas de sens tant que la guerre entre AZEMA et la confédération africaine de sport n est pas terminée. AZEMA est en train de presser Madagascar pour avoir un allié en Afrique mais l Afrique à son organisation que Madagascar doit suivre avant de se conformer auprès de la FIPJP

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.