Pétanque : Le Club Bouliste de Tananarive fait peau neuve !

Jacaranda
Le nouveau président du CBT, Hery Rasolonirina (à droite) avec son conseiller Jean Marc.

Le Club Bouliste de Tananarive est en train de répartir sur un bon pied. Le club a subi une véritable métamorphose côté cour comme côté jardin depuis l’arrivée de Hery Rasolonirina aux commandes.

Un président qui ambitionne de redorer le blason quelque peu terni de ce qui était un des meilleurs clubs malgaches.

En deux semaines, le CBT a opéré plusieurs changements non seulement à la direction du club où le président Hery Rasolonirina s’est entouré d’une sacrée équipe mais également en dehors avec des boulodromes flambant neufs et bien évidemment aux normes internationales. Une touche comme savait le faire la famille du regretté président du club des années 80 et de la FMP, Bruno Ravoaja, puisque les travaux ont été confiés à un de ses neveux, Jean Marc.

Tous les titres. Les élections pour un nouveau comité ont permis de rassembler tous les gens de bonne volonté autour des objectifs du CBT. Un comité de sages, en quelque sorte, chargé de redonner vie à ce club. « Le pari est de retrouver dans le meilleur délai un CBT présent sur tous les fronts en raflant tous les titres possibles et imaginables », confie d’ailleurs Hery Rasolonirina.

Un travail de longue haleine qui passe, et il le confirme, par la mise en place d’une école de pétanque dans l’enceinte même du CBT à Mahamasina, grâce à cette franche collaboration avec la Commune Urbaine d’Antananarivo à qui il tenait à renouveler ses chaleureux remerciements.

Jouer avec le feu. En attendant, le nouveau staff a pour mission de convaincre tous les anciens du club à revenir. Un premier pari en somme mais qui va, en attendant l’arrivée de la relève, permettre au CBT de renouer avec le succès.

A moins que ce ne soit déjà fait car le premier Open organisé durant le week-end par le CBT a déjà battu un record avec 88 triplettes masculines contre 24 doublettes féminines.

Un sacré record au moment où la pétanque est encore incertaine en raison des agissements de certaines personnes qui ne savent pas faire la différence entre ce qui est légal au niveau de la fédération internationale et ce qui ne l’est pas.

Au bout et à force de jouer avec le feu, on finira par se faire brûler en étant forfait aux compétitions africaines et surtout mondiales. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.