Pétanque – Championnats du monde Jeunes et Dames : Madagascar rentre les mains vides !

Incroyable mais hélas, vrai, la délégation malgache qui a participé aux championnats du monde chez les dames et les jeunes au Cambodge, rentre avec un zéro pointé. Bien trop forts pour espérer aller en Coupe des Nations en se hissant jusqu’aux quarts de finale, mais bien trop faibles devant le talent des Thaïlandais, les Malgaches ont tout perdu.

Madagascar a perdu la guerre et la bataille au sommet mondial de la pétanque au Cambodge du 16 au 23 novembre dernier.

Seul Iarotiana Rakotoarivelina a quelque peu sauvé la face mais, il a radicalement échoué en demi-finale par 33 à 41 devant le vainqueur de ce concours de tirs de précision, en l’occurrence le Thaïlandais Rinkeaw Peempod. Le jeune joueur de Pétanque Ampitatafika Club a pourtant fait une très forte impression en terminant en tête des qualifications sur un score d’anthologie de 44 points pour un junior.

Chauvinisme asiatique. Mais alors qu’on croyait qu’il allait survoler ce concours, il accusa une baisse de régime inexpliquée même s’il a battu l’Allemand Justin Neu lors des quarts de finale par 33 à 18.

Devant l’énorme pression de la foule acquise au Thaïlandais, chauvinisme asiatique oblige, Iarotiana Rakotoarivelina a chuté en demi-finale au grand dam de la délégation malgache pourtant hissée dans le lot des favoris après le sacre de 2017 avec, tenez-vous bien, Dolys Randriamarohaja au poste d’entraîneur de ces juniors.

Certes, ce dernier était présent au Cambodge mais dans l’habit de président de la Fédération de Sports Boules Malgache, tout en choisissant de se mettre au service des dames et en confiant les jeunes à Nanou Andrianirina qui est certes un grand champion, mais qui n’a jamais fait ses preuves en tant que membre de l’encadrement. D’ailleurs, on ne pense pas qu’il a la capacité pour être entraîneur tout comme Amir également dans le groupe mais qui s’était autoproclamé vice-président.

Le bon grain. La logique des choses après ce naufrage à Cambodge veut que la FSBM procède véritablement à une mini révolution, et renforcer son équipe à défaut de passer directement par les élections dont l’organisation dépend des ligues. Il serait temps pour Dolys Randriamarohaja de séparer le bon grain de l’ivraie avant le championnat du monde séniors hommes de l’année prochaine en Suisse.

En attendant, retour sur les mondiaux de Cambodge où tour à tour, les Malgaches ont échoué en quarts de finale devant les Thaïlandais.

D’abord chez les dames et après la 17e place de Tita au concours de tirs de précision, Hasina et ses amies ont battu la République Tchèque par 13 à 3 lors des huitièmes de finale.

Les quarts de finale d’après furent un calvaire pour les Malgaches battues 9 à 13 par les Thaïlandaises au cours d’une partie où on n’a pas vu la puissance de feux des joueuses de la FSBM.

Nouvelle hiérarchie mondiale. La même mésaventure est arrivée aux juniors qui ont, comme les dames, réussi à sortir des matches de poules. Mais le temps de battre les Polonais par 13 à 7 aux huitièmes de finale où Naivo, Iarotiana et Rojo sont allés droit au mur face à une équipe thaïlandaise par 13 à 8.

Cette double défaite malgache face à la Thaïlande illustre bien la révolte asiatique car il va maintenant falloir compter sur des pays comme le Laos et le Cambodge dans la nouvelle hiérarchie mondiale.

Contrairement à Madagascar, la France a su retrouver tout son punch en battant en finale les juniors du Laos sur le score incroyable de 13 à 1.

Chez les dames, la Thaïlande s’est imposée par 13 à 4 devant le Laos.

Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, Dolys Randriamarohaja aura à cœur de s’entourer des gens qu’il faut à la place qu’il faut. Le succès est à ce prix.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.