Volley-ball- Zone 7 : TGV vainqueur, GNVB qualifiée !

Le titre change de main chez les hommes. La gendarmerie nationale volleyball, triple championne de l’Océan Indien a échoué en finale de la Coupe des clubs champions CAVB Zone 7, face au Tampon Gecko Volley (TGV) de La Réunion. Le meilleur club de la Grande Ile est toutefois qualifié pour les Championnats d’Afrique de volley-ball.

Une terrible illusion. La finale de la 26e édition de la Coupe des clubs champions de la Confédération africaine de volley-ball Zone 7 (CCZ7) a été conclue par une double défaite de l’équipe malgache, ce samedi au Palais des Sports Mahamasina quasi-plein. Chez les hommes, la  GNVB a perdu son titre au tie-break face au Tampon Gecko Volley (TGV) de La Réunion. Alors que les gendarmes ont frappé fort d’entrée en s’imposant au premier set par 25-22. Lors de la deuxième manche, la bande à Tsiory a connu un léger relâchement et n’a pas eu de résistance, ce qui a permis à l’équipe visiteuse de gagner la partie (25-17). Dominés dans le deuxième set, les gendarmes ont été remarquables par la suite dans tous les secteurs du jeu. Ainsi que dans une salle surchauffée par le public, ils ont laminé le TGV à la troisième manche (28-26), même si le score a été serré au départ. Le coach réunionnais, Fabrice Laroque n’avait  pas le choix que de trouver une meilleure alternative d’entamer un quatrième set pour sortir du danger. Cependant, son équipe était devenue très forte en service, tandis que les Malgaches étaient dans l’embarras total, puisque la troupe à Anicet a commis beaucoup de fautes et a manqué de détermination. Cela a permis au camp adverse de s’offrir un tie-break, en remportant le quatrième set (25-19). Les Nicolas, Jonathan et  consorts ont poursuivi leur lancée dans le cinquième set avec un départ de 4-1. Mais malgré les efforts fournis pour rattraper le score après le deuxième temps mort (10-14), la GNVB a craqué dans le money-time (15-11), laissant aux Réunionnais engrangés leur premier titre après des années d’absence. « Nos adversaires étaient de bons  stratèges et ils ont de longueur d’avance sur la réalisation d’un bon service. Tandis que nous avions rencontré souvent une défaillance au niveau de la réception et du bloc. Nos joueurs ont aussi rencontré un problème majeur qu’on n’avait pas eu le temps de le corriger. En plus, il y a le numéro 7, Maxime, qui a pu exploiter à fond son talent pour recueillir des points », a fait savoir le coach, Thierry Ranaivoson.
Toujours le meilleur club de l’océan Indien. « J’ai craint énormément  cette équipe malgache mais, je suis heureux d’avoir remporté cette victoire. Techniquement, les gendarmes ont progressé, mais il y a encore une petite lacune sur le fond du jeu. Ils nous dominent physiquement, mais nous avions plus de stratégies de  fond du jeu. Aujourd’hui, on est arrivé à varier nos techniques et on a su s’adapter un peu plus que  les Malgaches  », a poursuivi le coach du TGV. Cependant, l’équipe malgache est qualifiée pour les Championnats d’Afrique, puisque La Réunion ne faisait pas partie de la Confédération africaine. Le TGV  est juste un invité du tournoi.

On ne peut dire autant pour les dames. Quatre Bornes de l’île Maurice a conservé ses biens en s’imposant face à l’équipe de Stef’Auto par trois sets à 0 (21/25 ; 16/25 ; 17-25). Les protégées de Gildas Razafindalana n’ont pas réalisé un grand match qu’au premier set. La fatigue avait persisté par la suite chez les Eliema et compagnie. Lors des deux derniers sets, les Mauriciennes n’ont montré aucune pitié et ont voulu gagner à tout prix le match.
Pour rappel que cette version 2020 a vu la participation des six îles de l’océan Indien, à savoir,  les Seychelles,  les Comores, Madagascar, Maurice, Mayotte et La Réunion. Ces deux dernières avaient fait un come-back après des années d’absence. Rideau donc pour cette 26e  édition de la coupe des clubs champions de la Confédération africaine de volley-ball Zone 7.
Pourtant, c’est un grand succès pour la fédération malgache de volley-ball en termes d’organisation. Mais il y aura encore du chemin à faire pour que le volley-ball retrouve toute sa plénitude et puisse régner dans l’océan Indien.

Manjato Razafy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.