Football – Orange Pro League : Une reprise de plus en plus incertaine !

Si l’heure est à la reprise des championnats dont en Italie, en Allemagne, en Espagne et récemment en Tanzanie pour marquer que l’Afrique aussi s’y met, le cas malgache pose encore problème.

A quand la reprise du championnat et des compétitions de football pour Madagascar ? Le cri de détresse de certains dirigeants montre qu’ils ont besoin de reprendre la compétition ou tout au moins Orange Pro League mais c’est loin d’être facile.

D’abord parce que l’urgence sanitaire n’autorise pas le regroupement de plus de 50 personnes. Or la formule d’organiser des matches à huis clos est inconcevable à Madagascar car les clubs ont besoin des recettes des matches pour espérer survivre.

Barikadimy en danger. « Les recettes des rencontres à Barikadimy nous permettent de recoller les morceaux même si elles ne peuvent pas compenser toutes nos dépenses et encore moins celles de Tia Kitra», confie un membre de la Ligue d’Atsinanana qui reste inquiet car l’état de la pelouse du stade risque de se dégrader si on n’y joue pas. Si on y ajoute les effets néfastes de la pluie incessante à Toamasina sur les infrastructures, alors on comprend pourquoi le confinement imposé peut entraîner des dégâts importants.

Mais l’urgence sanitaire ne permet pas également le déplacement avec en première ligne les clubs tananariviens bien obligés de se référer à l’IST (Interdiction de Sortie de…Tana). Même les clubs d’Ilakaka et du 3FB Toliara ne peuvent pas aller à Tana et encore moins à Toamasina.

C’est aussi le cas de Fosa Juniors sauf peut-être si les Majungais peuvent rallier Fianarantsoa par avion et aller disputer tous les matches avec les trois clubs notamment le 3FB Toliara, le FC Ilakaka et Zanakala. Une possibilité comme tant d’autres en fait car la région n’est plus confinée et n’est plus astreinte aux mesures barrières.

Effectif réduit. L’autre problème concerne les joueurs eux-mêmes dont la plupart n’ont plus touché leurs salaires depuis voilà maintenant trois mois. Inutile de dire que pendant tout ce temps, ils ne se sont pas entraînés et qu’il est logique qu’ils sont loin de leur forme habituelle.

La reprise ne va alors profiter qu’aux clubs dont les joueurs ont été payés. Mieux, Elgeco Plus a un grand avantage en cas de reprise car le club a encore pu s’entraîner  même avec un effectif réduit avec une séance de musculation dans le quartier général du club à Andrefan’Ambohijanahary.

On ne peut pas dire autant des autres équipes même si on sait que les militaires, les vrais, du COSFA continuent d’avoir leur salaire. Il en est de même de l’Adema, du moins pendant les deux premiers mois du confinement mais aussi de la CNaPS. Et c’est malheureusement tout.

Des situations qui ne permettent pas aujourd’hui la reprise des compétitions de football à Madagascar. Et c’est bien dommage.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.