Athlétisme : Ony Paule Ratsimbazafy, de Mahavatse à Sydney

Au top de sa forme, elle a établi le record de Madagascar du 400m en 52sec 05.

La championne d’Afrique du tour de piste, Ony Paule Ratsimbazafy, a tout connu et tout vu grâce à l’athlétisme. Une histoire aussi incroyable. Tout aussi incroyable que sa triste fin de carrière car malgré son statut de star, elle est toujours à la recherche d’un travail.

Une star. Une très grande star. C’est Ony Paule Ratsimbazafy qui est la seule Malagasy à faire partie de la sélection africaine lors du championnat du monde intercontinental d’Afrique du Sud en 1998. Mais face aux redoutables relayeuses nord-américaines et européennes, elle n’avait aucune chance. Mais qu’importe car l’essentiel est que l’Afrique entière reconnaît son talent. Un talent qui est passé par toutes les étapes avec une histoire incroyable. Découverte par le prof d’EPS à l’école à Mahavatse, le regretté Cyriaque, elle est passée en 1990 chez le frère Romain pour devenir une des fiertés de l’ASCO, et sous l’impulsion de l’entraîneur Basile qui la mettait cependant sur une fausse piste en l’alignant sur la course de fond. Elle terminait 9e du 15 km mais elle ne s’en formalisa pas car elle découvrait pour la première fois Tana. Réorientée vers le 400m, elle ravissait l’or de la distance chez les cadettes.

Sa performance a séduit le staff technique de la Fédération Malagasy d’Athlétisme (FMA) qui la mettait dans l’équipe de relais aux championnats d’Afrique à Maurice. Son premier baptême de l’air en fait, mais aussi sa première sortie internationale. La première d’une très longue série car après Mahavatse, elle est partie pour les Jeux Olympiques de Sydney. Ony a tout vu, des championnats du monde aux rendez-vous en Afrique en passant par les Jeux de la Francophonie et les Jeux des îles de l’Océan Indien. Au top de sa forme, elle a établi le record de Madagascar du 400m en 52 sec 05 à Charléty en France. Un record qui tient toujours aujourd’hui alors qu’elle a décroché depuis un bon bout de temps. Non pas qu’elle le voulait mais elle y était contrainte à la suite d’une blessure. Une période très sombre pour Ony Paule Ratsimbazafy qui ne bénéficiait d’aucun soutien, d’aucune aide. Une fin de carrière d’autant plus difficile car elle reste encore au chômage. Et comme beaucoup de sportifs de haut niveau, elle attend la promesse du Président Andry Rajoelina pour espérer faire partie du camp des fonctionnaires. Et si possible dans sa ville natale,Toliara.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Que sont devenues nos anciennes gloires de foot, Melan, Me Kira, Ignace (cap de l’équipe nationale) etc etc..??

  2. · Edit

    Nous souhaitons un bon salaire pour la tulearoise.Tulear la ville de mon succès.
    Dr Saïd Azilani Musbahou
    Géographe.

  3. Merci de nous nous montrer les anciennes gloires du sport Malagasy . Il serait intéressant que vous fassiez des reportages sur les anciens sportifs ,et de leur condition de vie actuelle . Merci d’avance pour les lecteurs assidus .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.