Football – CAN 2022 : Et si les Barea ferment le jeu ?

Un match à huis clos. Tel est le choix de la CAF. Mais un choix bien à l’avantage des Barea, même s’il n’est pas du goût de la dynamique diaspora malgache en Côte d’Ivoire, qui aurait aimé être là pour soutenir son équipe. 

Tous les yeux sont rivés sur le match de cet après-midi au stade olympique Arc de Triomphe d’Ebimpé. À la télévision bien sûr, car la Confédération africaine de football (CAF) a ordonné à ce que les deux rencontres se fassent à huis clos. Mais c’est peut-être mieux ainsi pour les Barea et, dommage pour le public tamatavien, qui ne peut espérer mieux en raison de la réciprocité. Même si le président Andry Rajoelina en fait la demande au président Ahmad, on ne pense pas que la CAF va revenir sur sa décision liée à la Covid-19 pour ne pas être taxée de partisane.

D’un cran au-dessus. Reste que sur le terrain, c’est perçu comme une très bonne affaire pour des Barea qui n’auront pas à subir la pression de 60.000 spectateurs, la capacité de ce stade d’Ebimpé.

Mais il reste à voir les réalités du terrain où théoriquement les Éléphants sont d’un cran au-dessus. Imaginez un duo d’attaquants formé par Nicolas Pepe d’Arsenal et Sébastien Haller de West Ham, et vous conviendrez que la défense malgache aura fort à faire.

Il reste toutefois une opportunité à saisir, celle de fermer le jeu dans un système de 5-4-1. L’essentiel est de ramener le nul d’Abidjan, et de faire douter les Ivoiriens dans la perspective du match retour.

Mais rien ne dit que Carolus Andriamahitsinoro, placé seul en pointe, n’est en mesure de marquer s’il bénéficie du soutien d’Hery Bastien ou de Dax Arohasina, à même de le lancer dans un couloir.

Guerre. Selon des suggestions concordantes, la défense serait mieux avec trois axiaux, notamment Jeremy Morel, mais aussi Rayan Raveloson dont le talent ne se dément pas. Et dans une guerre pareille, Bapasy Razakanantenaina serait plus indiqué pour briser l’élan des attaquants des Éléphants.

Sur les deux flancs, Jérôme Mombris et Romain Métanire semblent incontournables.

Les quatre joueurs du milieu dépendent du choix du sélectionneur, mais on ne pense pas qu’il va laisser sur le banc Ibrahim Amada et Marco Ilaimaharitra, connus pour leur combativité. Comme il fallait des hommes prêts à mouiller le maillot, Bolida reste aussi un choix prioritaire.

La balle est donc finalement dans le camp de Nicolas Dupuis, chargé de trouver tous les moyens, vraiment tous, pour permettre aux Barea de se qualifier. Car il s’agit bien de cela.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Tant mieux pour nous:le match de ce soir à huis clos.Immaginez 60000 Ivoiriens avec tambours et tam tam alors qu’à Tamatave,sans le dénigrer,le public Malagasy est trop « timide » et reste spectateurs au lieu de supporte(u)r.
    Le « huis clos » nous arrange…

  2. · Edit

    Alefa Barea,bonne chance letsy zandry isany
    Malagasy iray manontolo aorianareo e !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.