Barea : Nicolas Dupuis veut ratisser large !

Ayant fourbi ses armes au Fosa Junior, Veve Ranaivoarison du Five FC semble incontournable pour une place chez les Barea.

Profitant de sa dernière apparition en public, Nicolas Dupuis touche un mot sur la préparation des Barea et de son avenir proche. Il en ressort qu’il va faire appel à quatre ou cinq locaux mais il s’est gardé de dire qu’il va tout de suite en faire son onze de départ.

Nicolas Dupuis tient toujours à Melvin Adrien. Et il l’a encore dit au cours de la conférence de presse avec la direction générale de la CNaPS.

Pas de temps de jeu. « Melvin Adrien reste le numéro Un », a-t-il confié avant d’ajouter que Nina de l’Adema et Mathyas Randriamamy du PSG seront encore dans l’effectif.

Un choix qu’on n’arrive pas à expliquer car Melvin Adrien fait partie de ceux qui n’ont plus un temps de jeu au FC Martigues depuis l’arrivée du portier des Cœlacanthes comoriens, Salim Ben Boina.

Nicolas Dupuis avait pourtant expliqué auparavant qu’il ne pouvait pas compter sur les locaux qui manquaient de compétition.

Maintenant que les choses ont changé et que l’Orange Pro League permet de voir les joueurs en forme du moment comme le gardien de Fosa Juniors, en l’occurrence Fabrice qui est peut-être moins grand que Nina mais qui est doté d’une belle détente verticale et surtout d’un sens du placement et de l’anticipation comme le font les grands gardiens.

Matthyas dans la cour des grands. Parlant des grands gardiens, Matthyas Randriamamy du PSG en a déjà le profil. Logique car il a toujours été dans le groupe des professionnels parisiens du temps de Tuchel et aujourd’hui de Pochettino. Quand on le voit s’entraîner avec Navas sous l’œil du préparateur du gardien, on se dit que le petit a franchi un autre palier.

Quant aux joueurs de champ, Nicolas Dupuis veut faire appel à quelques locaux mais en précisant qu’il s’agit pour lui de trouver des remplaçants au cas où le Covid-19 empêcherait les cadres de venir.

Des roues de secours en somme même si certains joueurs de Pro League mériteraient mieux que les dernières recrues du sélectionneur.

On citera en premier l’intenable Vévé du Five FC, meilleur buteur de ce championnat. La grande satisfaction vient aussi du jeune de 16 ans de l’Ajesaia El Hadari qui a une vista extraordinaire et un sens du but supérieur à la moyenne. Tsito de JET Kintana ou Donga du Fosa et Meulin de Tia Kitra sont des joueurs de qualité.

Le cas Dezy Monstre. Pour citer les révélations, on ne peut pas ignorer la grande classe de Tony, le défenseur central d’Elgeco Plus ou le maître à jouer du Fosa, André.

Bref, il y a de quoi être optimiste.

Mais pour s’en convaincre, Nicolas Dupuis n’a qu’à programmer un match de ses Barea à une équipe entièrement locale. Le public sera alors seul juge pour estimer qui est qui dans toute cette histoire.

On retiendra juste une chose avant le départ du Club M pour les Jeux Africains de Nairobi 1987 quand Dezy Monstre était dans les rangs de la sélection de Tana pour servir de sparring partner au onze malgache. À la fin de la partie sanctionnée par une victoire de Tana et sous la pression du public, l’entraîneur Louis Robson et le staff technique a appelé le joueur devenu plus tard un des meilleurs joueurs du tournoi. Mieux encore, le richissime président du Gor Mahia a tout fait pour avoir Dezy mais la barrière de la langue en a décidé autrement.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Le gros problème des Malagasy est simplement re-dit ici…, raison pour laquelle on reste NUL partout, on veut toujours donner du pouvoir à untel ou untel même s’il est plus nul que la lune pour de raison plus que bidon et ridicule…. ceci est vrai partout même en politique…

  2. Malheureusement, hier et aujourd’hui encore, on ne regarde jamais le niveau du championnat local, avant de vouloir faire jouer des joueurs locaux à des matchs internationaux de type CAN.
    Il faut savoir que la meilleure équipe réunionnaise est considérée comme de niveau CFA2 en métropole.
    C’est donc, a peu près le niveau des équipes locales aussi.
    Vous constaterez comme moi qu’avant Nicolas Dupuis on ne sortait pas de notre zone pour les éliminatoires, c’est lui qui fait qu’on est de nouveau fiers de notre équipe nationale. Laissons le faire, et arrêtons avec les joueurs locaux, ils n’ont pas le niveau pour jouer contre les autres équipes africaines dont la plupart des joueurs jouent en Europe.
    Il faut comprendre une bonne fois pour toute que si on met les joueurs locaux, on va se prendre des 6-0, comme au Nigeria du temps de Oikocha ou en Egypte du temps de Mido.
    C’est depuis qu’on ne prend que des joueurs qui jouent en Europe qu’on brille un peu comme ça, ce n’est pas là même compétition.

Poster un commentaire