Portrait – Mika Rasoamaromaka Une étoile est née !

Hery Rasoamaromaka entourant ses jumeaux, Mika (à gauche) et Faniry (à droite).

A star was born ! C’est le cri unanime du milieu du rallye malgache après la démonstration du week-end de Mika Rasoamaromaka devant un plateau pourtant très fourni et notamment une très belle opposition et même de son propre frère jumeau, Faniry Rasoamaromaka qui lui a tenu tête au cours de la journée du samedi avant de quitter l’épreuve à la suite d’une panne de sa Peugeot 206 WRC.

La Peugeot 208 R5 de Mika avec un navigateur de métier, Fafah, a poursuivi son chemin en se payant le luxe de distancer ses poursuivants qui sont pourtant des pilotes aguerris tels Rivo et Ando ou encore le bouillant Sitraka. L’écart est énorme car Mika se trouvait avec une avance de 3 mn lorsqu’il a franchi le drapeau à damier.

Un sacré exploit dont il affirme aujourd’hui être le fruit d’un travail acharné et du soutien de ses parents et surtout de son père, Hery Rasoamaromaka dont il avoue en faire son modèle.

« J’ai suivi mon père dans les rallyes à 14 ans et je pense qu’il nous a transmis, à moi et à mon frère, le virus », se rappelle Mika avec une once d’émotions dans la voix. La passion est ensuite venue s’installer pour les deux frères qui sont partis en France, plus précisément à Alès pour un stage de Drift Control.

S’en sont suivis ses premiers slaloms où il a dû faire face à une farouche opposition avec Laza Randriamifidimanana, Hugo Louvel ou encore Teddy Rahamefy. Cette première saison est perçue comme un apprentissage de sa vie de pilote puisque ce n’est que l’année d’après que Mika devint vice-champion de Madagascar derrière Tsiory Rakotomanana. L’année suivante, il fut encore vice-champion de Madagascar du slalom mais cette fois-ci derrière son frère Faniry dont il affirme avoir tiré de ses expériences pour la suite de sa carrière.

Ses débuts aux rallyes en 2020 s’annoncent prometteurs car d’entrée, il réalisa un temps scratch avec la C2 dans deux épreuves spéciales différentes. Enhardi par ce succès, Mika termina à la seconde place devant Rivo et Ando sur leur Subaru Impreza mais devant son frère Faniry.

Un parcours élogieux en somme avant ce sacre à Antsirabe qui annonce une longue série. Car autant le dire, ce garçon de 18 ans a tout le potentiel pour réussir. Il a aussi un moral de battant qu’il a réussi à se forger lorsqu’il fut le capitaine de l’équipe des moins de 15 ans de Tana Formation en football.

Faudrait-il alors s’étonner si ses modèles ont pour nom Lewis Hamilton en F1 et Sébastien Ogier au rallye raid. Sur le plan local, Mika voue une admiration sans borne pour son père Hery Rasoamaromaka dont le soutien est total. Ce qui explique tout…

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Ce n’est qu’une lubie des gosses de riches et de gouvernants.

Poster un commentaire