Législatives : Une 3e voie



Jacaranda

La bataille des  législatives s’annonce âpre avec les milliers de candidats en lice sur l’ensemble du territoire national. Elle le sera d’autant plus que le Premier Ministre sera issu du parti ou du groupe de partis majoritaire. Des candidats battus à la présidentielle mais bien placés  dans les résultats provisoires  derrière  les deux premiers  du scrutin du 25 octobre se sont rapprochés  en vue d’obtenir  la part du lion aux législatives  et constituer la majorité à l’Assemblée nationale. Trois candidats, Hajo Andrianainarivelo (10 %), Roland Ratsiraka (9 %) et Camille Vital (6 %) œuvrent dans ce sens pour avoir la haute main sur l’Exécutif, indépendamment du président de la République  qui sera élu au second tour de l’élection présidentielle du 20 décembre.

Législatives : Une 3e voie

         Cette stratégie de la troisième voie n’a pas vraiment eu d’emprise  chez les électeurs au premier tour de l’élection présidentielle. La volonté de choisir entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina a dominé le scrutin. Les votes  sont allés grossir les résultats des candidats qui les représentaient le mieux  dans la course.  En l’occurrence Jean Louis  Robinson et Hery Rajaonarimampiana.  La présence des candidats Camille Vital et Edgard Razafindravahy ont entraîné la dispersion des voix dans le camp Rajoelina.  Néanmoins la somme de leurs résultats ajoutée à ceux de Hery Rajaonarimampianina  dépasse le score réalisé par Jean Louis Robinson au premier tour.  Leur alliance aux législatives  laisse entrevoir une possible  majorité de sièges. Mais leurs relations politiques se seraient dégradées  au point  de ne plus rendre possible une alliance loyale et sans hypocrisie.  Il en serait de même pour Hajo Andrianainarivelo,  qui est beaucoup plus perçu dans le  camp Rajoelina comme un adversaire qu’un concurrent.  Ces subtilités dans les relations ont favorisé le rapprochement logique et stratégique des trois candidats qui veulent  se démarquer  de l’ancien président de la république et du président de la transition. Donc des candidats qui les représentent.            Les trois candidats alliés qui lorgnent  sur une majorité à l’assemblée ont intérêt à sensibiliser davantage les électeurs sur la troisième voie qu’ils sont en train de créer.  Le « ni, ni » n’a  pas répondu aux attentes   au premier tour des présidentielles  parce qu’il y avait trop de candidats. Les représentants de la troisième voie ont été occultés par le choix entre les deux protagonistes de la crise.  Il n’est pas dit que les résultats du second tour jumelé avec les législatives sera différent. Les mêmes causes  produisent les mêmes  effets. Les partisans du « ni, ni » majoritaires à l’Assemblée resteront un vœu pieux si les électeurs ne sont pas convaincus que pour départager  Marc  Ravalomanana et Andry Rajoelina le 20 décembre, il faudra  voter aux législatives pour la troisième voie.

Zo Rakotoseheno

Share This Post