Une victoire nette et claire



Jacaranda

Les deux candidats à la présidentielle sont prêts pour le second tour de scrutin. Le Dr Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina entrent à partir d’aujourd’hui en campagne de propagande jusqu’au 19 décembre à sept heures du matin, heure de clôture.  Le 20 décembre, quelques huit millions d’électeurs inscrits  iront aux urnes pour désigner le premier président de la 4e République.  Le pays est parti pour  mettre fin à la transition et tourner une page douloureuse de son histoire.  L’élection présidentielle est dans l’esprit de chacun la solution à la crise, le moyen démocratique pour revenir  le plus rapidement à l’ordre constitutionnel.

Une victoire nette et claire

        La communauté internationale et la Sadc, bailleurs de fonds du processus de sortie de crise et des élections présidentielles et législatives veillent.  Elles ont favorisé en cautionnant le «ni, ni » (ni Marc Ravalomanana, ni Andry Rajoelina), la mise sur la touche des deux principaux  protagonistes de la crise dans la compétition électorale. Mais elles n’ont pas réussi à empêcher  l’ancien président de la république exilé en Afrique du Sud et le président de la transition de se retrouver face- à-face à travers leur candidat respectif dans cette élection présidentielle.  La décision finale appartient maintenant  aux électeurs Malgaches concernant celui qui doit prendre la tête de la nation.

La grande question qui augmente l’incertitude dans cette élection est celle-ci ? Le perdant saura-t-il perdre ? L’expérience de 2002 qui a divisé le pays en deux n’a pas encore disparu des mémoires. Le FFKM qui s’est réuni récemment est sans doute conscient du danger de la politisation   des forces de l’ordre lorsqu’il demande aux militaires de rentrer dans les casernes et de ne pas prendre parti dans ces élections. La menace est d’autant plus grave qu’au premier tour de scrutin l’écart dans les résultats entre Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina  n’a été que de cinq pour cent.  La victoire du gagnant devra être nette et claire pour éviter une nouvelle crise.  En d’autres termes,  la Ceni-T devra assurer une grande maîtrise de la préparation et de l’organisation du second tour et des législatives.  Elle devra prendre scrupuleusement en considération  les recommandations faites par les observateurs nationaux et internationaux à l’issue du premier tour et apporter les améliorations indispensables à la bonne tenue du second tour. Les électeurs aspirent à des élections sans fraudes et transparentes pour que le pays puisse repartir du bon pied avec le nouvel élu.  Mais cette élection ne sera jamais  aussi un succès sans la sagesse des électeurs.  Le scrutin du premier tour s’est passé dans le calme sur l’ensemble du territoire national. Il ne devrait pas en être autrement au second tour si les électeurs savent gagner ou perdre comme de vrais démocrates.

Zo Rakotoseheno

Share This Post