Cohabitation et Raz-de-marée



Jacaranda

A 17 jours du second tour du scrutin présidentiel jumelé avec les législatives, les candidats Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina baignent dans la campagne de propagande. Aucun de ces prétendants à la magistrature suprême ne ménage son énergie  auprès des électeurs dans l’espoir de gagner des voix. Jean Louis Robinson a sillonné le Faritany de Fianarantsoa pour tenter  de remonter son score  dans les communes négligées au premier tour. Hery Rajaonarimampianina investit ses efforts à Tana dans le but de renverser les tendances.  Mais hormis ces deux Faritany des hauts-plateaux qui ont voté différemment au premier tour,  la bataille s’annonce plus âpre sur les cotes, dans les régions où les deux candidats ne font pas figure de favoris.

Cohabitation et

Raz-de-marée

            Les deux candidats sont obligés de s’ouvrir aux alliances politiques. Jean Louis Robinson a obtenu le soutien de plusieurs candidats battus au premier tour dont entre autres, Camille Vital, cinquième au premier tour avec 6 % des voix et Saraha Georget Rabeharisoa, sixième avec près de 5 % des voix. Hery Rajaonarimampianina a gagné le soutien du candidat malheureux Roland Ratsiraka qui a réalisé un score de 9 % au premier tour. Mais aucun des concurrents du second tour n’est arrivé à convaincre Hajo Andrianainarivelo de le rejoindre avec ses 10 % de voix. Ce dernier a décidé de ne pas donner des consignes de vote pour le second tour et de se consacrer aux législatives dans lesquelles sa plate-forme brigue 120 sièges.

Malgré la complexité de l’élection présidentielle, des observateurs n’écartent pas l’éventualité d’une cohabitation au lendemain du scrutin. La Constitution de la Quatrième République stipule en effet que « le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale ». Dans leur stratégie électorale pour les législatives, des partis politiques se sont rapprochés et concoctent déjà le rassemblement pour avoir la majorité de sièges qui ouvre la porte du Palais de Mahazoarivo.  Le nouveau président de la République n’est pas à l’abri de la cohabitation si sa mouvance et ses alliées n’obtiennent  pas la majorité absolue des sièges à l’assemblée. L’idée d’un scénario à la Poutine, avec Andry Rajoelina Premier ministre est évoqué avec les 117 candidats députés qu’il investit dans la compétition des législatives. Mais d’autres observateurs sont convaincus d’une autre hypothèse, celle du raz-de-marée des électeurs pour un candidat afin de renforcer la tendance des résultats du premier tour.  Les résultats des législatives ne s’écarteront pas de cette tendance pour marquer la rupture.  Mais quoi qu’il en soit, rien n’est gagné d’avance dans ce match qui devient de jour en jour plus passionnant sur le terrain des alliances à l’approche de la date du scrutin.

Zo Rakotoseheno

Share This Post