Que les meilleurs gagnent !

Antsonjombe plein comme un œuf, le Dr Jean Louis Robinson termine en beauté sa campagne de propagande. Marée orange à Andohatapenaka,  le président de la Transition Andry Rajoelina assiste au faradoboka de Hery Rajaonarimampianina. Un air de fête dans la capitale. Les visages sont à la joie. Mais la circulation est aux embouteillages. On a roulé, un peu partout au rythme des camions et des voitures légères habillés d’affiches de toutes les couleurs de candidats, président de la République ou députés.  Les candidats ont mis toute leur énergie et leur force pour  marquer de leur empreinte le dernier jour de propagande. Pour Jean louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina, la journée de compétition ne s’est arrêtée qu’après le troisième débat sur le thème de la politique organisée par la radiotélévision nationale. Un débat qui a démontré la détermination de chaque candidat dans la défense de ses convictions et de son programme dans le cas où il est élu. Il aura appris aux auditeurs et téléspectateurs à quelle sauce ils seront mangés demain par le nouveau président de la République.

Que les meilleurs gagnent !

              Une chose est sûre, Madagascar est à deux pas d’en finir avec la période de Transition qui a duré presque cinq ans, c’est-à-dire un mandat entier de président de la République élu.  Bien sûr, les gens qui ont profité du laxisme et de la gabegie et se sont enrichis durant cette période regretteront que l’ordre constitutionnel vienne perturber leurs affaires. Elles miseraient davantage dans cette élection sur les candidats qui assurent la continuité et la pérennité de leur exploitation. La majorité des électeurs et partant la population, en revanche, recherche le changement. Celui qui porte le maillot du vrai changement sera élu président de la République. Les résultats du scrutin de vendredi nous livreront son nom. Quant aux candidats députés, ils sont 2 060 sur tout le territoire national à briguer 151 places à l’Assemblée nationale.  Dans la capitale, en particulier, les meilleurs ont déjà démontré leur différence sur le terrain par rapport à leurs concurrents. Des noms sont déjà sur toutes les lèvres. Dadou dans le troisième, pour ne citer que lui, devrait mener loin devant.  D’autres brillants candidats, de mouvance, de partis ou qui se réclament d’indépendance sont aussi  en pôle position dans d’autres arrondissements. La députation n’est pas une affaire de démagogie. Les électeurs savent qui représenteront mieux leurs intérêts dans cette élection de proximité. Mais l’objectif d’en finir avec la Transition et la crise ne sera satisfait que si le scrutin jumelé du 20 décembre se déroule dans la sérénité et la sécurité. Cette élection de la délivrance doit être libre, transparente et sans fraudes pour être acceptée de tous. Les électeurs ont joué le jeu. Les institutions qui ont la haute main sur cette élection doivent l’être aussi. L’espoir de voir une nation renaître de ses cendres est entre leurs mains. Que tout se passe bien et que les meilleurs gagnent !

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication