Un éventail de choix



Jacaranda

« Respectez celui qui vous dirige !» Bien qu’exilé  en Afrique du Sud depuis 2009, Marc Ravalomanana ne suit pas moins de près l’évolution de la situation politique nationale. Il demande aujourd’hui à sa mouvance de respecter le président de la République élu. L’alignement politique ne fait plus aucun doute dans le message de recherche  de paix sociale et d’apaisement qu’il a transmis en direct par téléphone à tous les participants au meeting  à Magro Tanjombato.  L’ancien président de la République salue l’avènement d’une nouvelle République et  avance « la protection des intérêts supérieurs de la nation » pour justifier la position vers laquelle penche la mouvance. Il estime qu’il est dans l’intérêt de celle-ci de ne jamais séparer dans ses réflexions sur la situation, le national et l’international.  Pour lui, en effet,  la mouvance Ravalomanana ne cessera de croire et d’accompagner les efforts de la communauté internationale pour sortir Madagascar de la crise.

Un éventail de choix

        La tension politique est montée de quelques crans depuis quelques jours à cause  de la compétition des forces politiques pour  la présentation du Premier ministre. Le Mapar qui s’affirme comme groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale n’a voulu présenter  qu’un seul nom, Andry Rajoelina, à cette fonction. Mais ce dernier a décliné l’offre devant l’évolution politique de la situation en évoquant qu’il ne pourrait jamais accepter que la communauté internationale vienne dicter ou imposer quoi que ce soit, dans cette désignation du Premier ministre. Il ne peut tolérer non plus cette opposition de la plate- forme pour la majorité présidentielle par rapport au Mapar qui bafoue pour lui, la légalité constitutionnelle.  Il a donné toutes latitudes  à ses lieutenants pour désigner  un Premier ministre à sa place. Le week-end aurait été productif  en ce sens. Ce matin les députés Mapar feraient parvenir au Président de la République une liste de noms parmi lesquels il pourra faire son choix. Trois noms circulent à ce sujet. Ceux de Haja Resampa, de Jean Brunelle Razafitsiandraofa et de Cécile Manorohanta. Le premier est l’ancien Secrétaire Général de la Présidence pendant la Transition, compagnon des premières heures de la révolution Orange d’Andry Rajoelina. Le second est le commissaire de police aux frontières de l’aéroport d’Ivato et le troisième est celui de l’universitaire, ancienne ministre de la défense qui a choisi la démission face à la tragédie du 7 février 2009. Aux dernières nouvelles,  la plate- forme pour la majorité présidentielle qui recherche la majorité parlementaire parallèlement au Mapar, l’aurait aussi trouvée. Le nom du Premier ministrable est bien gardé au secret. Une chose est sûre, le Président de la République  aura devant lui un éventail de choix. Il ne nommera que celui ou celle qui le mérite et possède la confiance des bailleurs de fonds  pour réussir ses objectifs de réconciliation et de développement économique.

Zo Rakotoseheno

Share This Post