A l’heure de la réconciliation



Jacaranda

Le Conseil du CRN (Conseil  pour la réconciliation nationale) du  Pr Zafy Albert, ancien président de la République,  est sur le même diapason que Hery Rajaonarimampianina sur le chapitre de la réconciliation nationale. Il organise à partir d’aujourd’hui  pour deux jours des assises sur ce thème. Le CRN est convaincu que ses objectifs et celui du nouveau président de la République visant à construire une nation qui respecte la cohésion sociale, la réconciliation nationale et un développement ouvert à tous, se rejoignent.

A l’heure de la réconciliation

         Fort de ce constat, le CRN est favorable à la mise en place d’une autorité de l’Etat pouvant garantir les droits politiques, économiques, sociaux et culturels du citoyen sans distinction. Mieux, le CRN estime que la mise en place d’une nation unie, égalitaire et pacifique,  doit apparaître dans le choix de la réconciliation nationale aspirée par la population. Il en est de même de la lutte contre l’enrichissement illicite et la répartition inégalitaire au profit d’un individu. A vrai dire, le CRN se réveille de son long sommeil avec le soutien qu’il apporte au programme de Hery Rajaonarimampianina et aux assises sur la réconciliation qu’il organise.  On se rappelle que  le Pr Zafy Albert  n’a guère été favorable à la tenue des élections présidentielles qu’il ne considérait pas comme prioritaires par rapport  au référendum sur la Constitution et la réconciliation nationale.  Sa mouvance n’y a pas participé bien que Tabera Andriamanantsoa, un de ses lieutenants ait figuré parmi les candidats. Ce rapprochement du CRN envers le nouveau pouvoir en place traduit une volonté de soutien sinon de reconnaissance envers le président de la République.  Ainsi, après la mouvance Ravalomanana qui n’a pas caché sa sympathie envers le programme du nouveau président de la République,  le CRN du Pr Zafy Albert  lui entame le pas en affichant son appui au nouveau pouvoir.  La seule force politique qui semble être en retrait  par rapport à la situation est la mouvance du président Didier Ratsiraka. Elle n’est pas cependant hostile à la réconciliation car c’est dans ce but que l’Amiral a regagné de nouveau son pays sur l’invitation du FFKM  l’année dernière. L’échec des négociations pour cause d’absence de Marc Ravalomanana  à la réunion des quatre qui fut  suivi  de l’annulation sous la pression internationale de sa candidature à la présidentielle a conduit  l’ancien président de la République à évoluer en marge des élections. Jusqu’à présent, ni lui ni sa mouvance ne se sont encore prononcés  sur l’élection de Hery Rajaonarimampianina à la tête de l’Etat. L’heure est cependant à la réconciliation. L’objectif est suffisamment  puissant  pour séduire  et rassembler la classe politique  autour du projet de construction d’une nation forte et unie.  Hery Rajaonarimampianina  tend ses bras. Il a montré à travers son discours d’investiture  qu’il est favorable à l’ouverture politique.

Zo  Rakotoseheno

Share This Post