Seule issue, les indépendants



Jacaranda

Le président de la République Hery  Rajaonarimampianina a regagné Bruxelles, la capitale belge sans avoir nommé le Premier ministre.  Le suspense a été pourtant hier à son comble parce que la question « c’est qui ?» revenait souvent dans les conversations du public. La réponse  n’a pas été donnée. Le président de la République le fera sans doute au retour de ce déplacement éminemment important  qui lui permettra de présenter sous un nouveau jour à ses homologues de l’Union européenne  et d’Afrique, la situation à Madagascar.

Seule issue,  les indépendants

            Le sentiment d’un président de la République hésitant sur la nomination du Premier ministre  ne peut trouver sa raison d’être que dans la composition actuelle de l’Assemblée nationale. 147 députés ont été élus. Ils devraient tous être issus de partis politiques ou de groupes de partis politiques ou bien encore, se sont présentés en indépendants.  La plate-forme Mapar  qui a obtenu 49 sièges de députés. Elle se réclame de la majorité relative à l’Assemblée nationale pouvant présenter  le Premier ministre que nommera le président de la République. Les interprétations de la Constitution sur ce droit du parti ou du groupe de partis majoritaire de présenter le Premier ministre divisent les juristes. La Haute Cour Constitutionnelle  saisie sur la question n’a pas osé prendre de décision mais a émis seulement  un avis.  Une plate- forme pour la majorité présidentielle (PMP) s’est formée au niveau de l’Assemblée pour disputer le droit de la majorité au Mapar. Elle a obtenu  les signatures de plus de la majorité absolue des députés de l’Assemblée et a donc présenté au président de la République des noms de premiers- ministrables. Mais, les jours et les semaines se sont écoulés sans que le président de la République n’ait nommé le Premier ministre dont la mission est de réaliser dans la réconciliation la politique générale de l’Etat qu’il a définie.  Et pour cause, ni le Mapar, ni la PMP ne répond à la définition du parti politique ou du groupe de partis politiques stipulés dans l’article 54 de la Constitution que le président de la République veut scrupuleusement respecter.  Le Mapar n’est pas dans la liste des partis politiques  à Madagascar publiée avant les élections. Il n’est pas non plus un groupe de partis parce qu’aucun des partis politiques existants n’a mis fin à ses jours pour former le Mapar. Il est clair pour les observateurs qu’un Premier ministre issu du Mapar transgresserait la Constitution. La Plate- forme pour la majorité présidentielle est dans le même cas. Elle n’est ni un parti ni un groupe de partis. A moins de fermer les yeux sur les incohérences, le pays n’est pas prêt d’avoir un Premier ministre conforme à la Constitution. L’idée  émise par un juriste pourrait sauver la situation. L’intégration des députés indépendants qui sont majoritaires  à l’Assemblée dans un parti politique à l’Assemblée nationale. Elle permettrait d’avoir plus facilement un Premier ministre conforme à la Constitution. La balle est dans leur camp.

Zo Rakotoseheno

Share This Post