Absence d’une opposition



Jacaranda

De retour au pays, le président de la République Hery Rajaonarimampianina n’a pas fait de déclaration à la presse à l’aéroport d’Ivato.  Il est encore trop tôt pour répondre à la question récurrente de la nomination du Premier ministre. La Plate-forme pour la majorité présidentielle (PMP) qu’il n’a pas finalement reçue hier veut encore lui soumettre d’autres noms de Premier-ministrables en plus de leur favori, le Dr Jules Etienne.  Il n’était pas de ce fait opportun d’organiser une conférence de presse qui tournera autour de ce sujet bien que l’abandon de cette formule de presse apparaisse comme une dérobade aux yeux du public pour un président de la République revenant d’un aussi important sommet que celui de l’Union européenne – Afrique à Bruxelles.

Absence d’une opposition

            Le Mapar a mis un bémol sur ses prétentions depuis que la majorité relative qu’il défend bec et ongles se heurte à la majorité absolue à l’Assemblée nationale affichée par le VAMHR  qui regroupe des partis politiques légaux. Il est on ne peut plus clair désormais que le nom du Premier ministre sortira de la liste de cette nouvelle alliance de députés que le Président de la République a reçue hier au palais d’Iavoloha. La composition du gouvernement, en revanche,  ne prendra pas autant de temps que le choix du Premier ministre. Celle-ci reflètera l’ouverture à travers les différentes forces politiques de l’Assemblée nationale. Les négociations, semble-t-il, continuent auprès du président de la République et de ses conseillers pour avoir les portefeuilles ministériels les plus intéressants. Les politiciens s’accordent à dire que le gouvernement dans son ensemble sera constitué dans les quarante huit heures après la nomination du Premier ministre.  Or, si toutes les forces politiques sont au gouvernement, y aura-t-il  une opposition digne de ce nom ? C’est en tout cas une question qui ne semble plus du tout avoir de réponse. Même si une partie du Mapar est très critique aujourd’hui envers le  président de la République, il est inconcevable qu ’Andry Rajoelina devienne le chef de l’opposition prévu par la Constitution. Le Mapar a figuré parmi ceux qui ont soutenu  Hery Rajaonarimampianina  au second tour de l’élection présidentielle. La mouvance Ravalomanana rejette aussi cette place lorsque l’appui  sans réserve que Marc Ravalomanana a demandé à ses partisans en faveur du nouveau  président de la République est appliqué à la lettre. Le discours de la mouvance a changé du tout au tout. Elle est l’une des grandes forces du VAMHR dans lequel pourrait être choisi le Premier ministre. Quant aux autres forces politiques, aucune ne veut finalement être en marge du pouvoir de la Quatrième République.  Toutes veulent aider le président de la République à gagner le combat du développement. Le poste de chef de l’opposition risque  par conséquent de ne pas trouver preneur  tant qu’il est possible d’appartenir à la majorité. Démocratie à la malgache, quand tu nous tiens !

Zo Rakotoseheno

Share This Post