Lune de miel à entretenir

Jacaranda

Le pouvoir arrive au bout de ses peines. De l’investiture du président de la République le 25 janvier dernier à l’avènement prévu aujourd’hui 18 avril du gouvernement, près de 80 jours se sont écoulés. Autant dire presque trois mois. Il ne reste plus au président de la République que vingt jours pour être jugé sur la période dite d’« état de grâce ». C’est-à-dire les l00 premiers jours accordés favorablement à un nouvel élu. La légitimité tirée des urnes est censée permettre de faire passer des mesures ambitieuses plus facilement qu’au cours du reste du mandat. Même si une certaine passivité l’a marqué, il faut reconnaître que le président de la République n’a pas démérité dans l’usage de ces trois mois passés au pouvoir.

Lune de miel à entretenir

         Il en a surtout profité pour remonter la cote internationale du pays. Madagascar s’est retrouvé pendant la transition de cinq ans, isolé du reste du monde. La plupart de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux lui a tourné le dos. Les efforts du nouveau président de la République sont allés en premier vers la communauté internationale qui a apporté son aide pour la tenue des élections démocratiques présidentielles et législatives ayant permis de faire revenir le pays à l’ordre constitutionnel. L’offensive diplomatique présidentielle est payante parce qu’elle aura permis de renouer avec la confiance des partenaires les plus importants de Madagascar à savoir, l’Europe, les Etats-Unis, la France, le Japon. Le président de la République a aussi mis à profit cette période d’« état de grâce » pour trouver un Premier ministre conforme aux ambitions qu’il s’est données et former un gouvernement d’ouverture fort pour renforcer dans la réconciliation, l’autorité de l’Etat, le combat contre la corruption, le développement économique et social. Il a réussi à imposer ses vues au niveau de la classe politique et à gagner l’appui de la plupart de ses membres les plus influents. Cela n’aurait pas abouti sans de nouveaux jeux d’alliances de partis politiques et de politiciens. La partie n’est pas finie. Elle ne fait que commencer réellement. Les 80 jours qui se sont écoulés n’ont pas suffit au président de la République pour faire ses preuves et impulser les grandes réformes de son mandat. Il a besoin de plus de temps. Mais l’essentiel est qu’il ne perde pas de vue l’entretien de cette lune de miel entre le pays qui lui accorde le bénéfice de la bonne foi, et lui. Ses adversaires politiques, et partant la population, on le voit,  n’attendent que la fin de l’état de grâce pour juger son gouvernement sur des actes et non des promesses.

Zo Rakotoseheno

Blueline Air Fiber

Share This Post