Une équipe qui perd

Jacaranda

La sortie du tunnel de la pauvreté n’est pas encore pour demain.  Les perspectives économiques et financières contenues dans la loi de finances rectificative pour 2015 ne sont guère encourageantes avec une petite prévision de taux de croissance de 3%.

Une équipe qui perd

En somme, la pauvreté absolue est,   et sera encore  le lot quotidien de la grande majorité des Malgaches. Selon l’enquête nationale sur le suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), sur les 22 régions que compte le pays, neuf présentent un taux de pauvreté supérieur 80%. Cinq autres régions affichent un taux compris entre 70% et 80%. Une pauvreté absolue due essentiellement à la mauvaise gouvernance dont ont fait preuve,  les dirigeants qui se sont succédé.  Une pauvreté aggravée par ailleurs par les cinq années de Transition marquée par une destruction massive du peu d’acquis enregistrés durant les périodes normales où des  politiques de développement ont quand même pu être engagées.  En tout cas, la lutte contre cette pauvreté absolue passera avant tout par le retour à la bonne gouvernance.  Mais sur ce point, la situation qui prévaut actuellement est loin d’être encourageante. En effet, l’ensemble de l’exécutif aussi bien au niveau de la Présidence que de la Primature multiplient actuellement les bavures dans différents domaines.  L’emprisonnement de journalises pour délit de presse, et une apparente mauvaise stratégie financière constatée dans la loi de finances rectificative pour 2014 sont à eux tous seuls deux faits qui confirment le manque de bonne gouvernance politique et économique du pays. En somme le régime qui est actuellement au sixième mois de son existence doit rectifier son tir et prouver à la population qu’il  est à la hauteur de la mission dont il est investi. A savoir, sortir le pays de cette situation de pauvreté absolue en faisant preuve de bonne gouvernance. D’ailleurs, les bailleurs de fonds ne s’engageront dans les financements directs du régime, à travers les appuis budgétaires, si le gouvernement fait preuve réellement d’une  bonne gestion des affaires économiques du pays.  Dans tous les cas, si cette mauvaise gouvernance persiste dans les semaines ou les mois qui viennent, un changement d’équipe pourrait s’imposer. Car il faut changer une équipe qui perd.

R.Edmond

Share This Post