Alliés politiques silencieux

Jacaranda

Hery Rajaonarimampianina enregistre des points au plan diplomatique international. Le président de la République et sa délégation seront bientôt de retour après le sommet des chefs d’Etat africains à la Maison Blanche à Washington et le crochet à Paris qu’ils prévoient. Le programme ne doit pas étonner. Deux pays sont apparemment incontournables au niveau stratégique et politique pour Madagascar, la France et les Etats-Unis. Ils n’ont pas toujours la même vision des choses et les mêmes intérêts économiques, mais ils se rejoignent pour le respect de la démocratie, des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de la défense de l’Etat de droit.

Alliés politiques silencieux

             Au plan politique interne par contre, les assises du régime restent fragiles. Le seul HVM qui vient de naître n’a pas encore fait ses preuves sur le plan électoral. Il est en pleine construction dans l’objectif d’avoir une base solide sur l’ensemble de l’Ile. Des politiciens l’ont rejoint. Certains d’entre eux ne passent pas inaperçus. Opportunistes et sans état d’âme, ils ont l’habitude des discours gras, de la course après les sièges et le changement de parti au gré des intérêts du moment. Les alliés du régime, il faut se rendre à l’évidence ne sont pas bien distincts dans la cacophonie actuelle. Il n’est pas sûr que l’ensemble du Mapar soutient ses membres qui ont rejoint le gouvernement et qui se sont prononcé, en faveur de Hery Rajaonarimampianina. Les responsables du Mapar ne ménagent pas les dirigeants de leurs critiques comme s’ils voulaient montrer le fossé qui sépare. Le silence d’ Andry Rajoelina sur la virulence des attaques cache mal une certaine complicité. Il va de soi qu’à cause de la déception que ce dernier a eu lors du choix du Premier ministre, les relations ne sont plus celles qui existaient à l’époque de la Transition. L’autre allié du pouvoir est la mouvance Ravalomanana, représenté au gouvernement par le ministre de l’Agriculture. Mais les dernières déclarations de Marc Ravalomanana sur l’hypocrisie du pouvoir sur son cas d’exilé traduisent une méfiance qui pourrait s’approfondir davantage. La mouvance est sur le point de retirer son soutien. Le MMM de Hajo Andrianainarivelo est aussi un allié de poids qui a donné son soutien au régime. Mais défend-t-il ce dernier lorsqu’il est attaqué par ses ennemis politiques ? La même question peut être posée au MTS de Roland Ratsiraka qui dispose de plus de sièges que les autres au gouvernement. Il faut se rendre à l’évidence dans une situation prêtant à la déstabilisation que les alliés actuels du régime au pouvoir n’agissent pas ensemble. Les actions sont dispersées comme si la politique et la défense de l’Etat ne relevaient politiquement que du président de la République.

Zo Rakotoseheno

Blueline Air Fiber

Share This Post