Objectif réconciliation

Jacaranda

L’une des grandes déclarations du président de la République qui a retenu l’attention du public à son retour des Etats-Unis est qu’il a décidé d’être le leader de la réconciliation nationale. Depuis son investiture, sept mois auparavant, Hery Rajaonarimampianina a toujours dit que la réconciliation est à la base de toute sa politique. Le doute n’est donc plus permis, il veut maintenant prendre en main l’atteinte de cet objectif qui a souvent été évoqué au centre des discussions sans   pour autant aboutir à des résultats probants. Pendant la période de Transition, la réconciliation nationale n’a pas fait de progrès significatifs. Les blocages ont été plus forts que la volonté d’y tendre. Ni le FFKM, ni le FFM n’ont réussi à répondre aux attentes de la population en ce sens. Les adeptes du mouvement «grand pardon» réclament à ces institutions de commencer la réconciliation entre elles avant de s’engager davantage. Il est vrai que les réconciliateurs se regardent en chiens de faïence sur ce terrain de la réconciliation au point que le public doute de leur capacité et efficacité réelle.

Objectif réconciliation

     Le président Hery Rajaonarimampianina est à même de mener à bien cette réconciliation nationale. En effet, n’est-il pas déjà de par son élection à la tête de la République, le symbole de l’unité de la nation ? Depuis son investiture, on l’a surtout vu sur le terrain de l’offensive diplomatique. Malgré les critiques, il a multiplié les déplacements à l’étranger dans le double but de gagner et la reconnaissance internationale et l’aide des pays partenaires et bailleurs de fonds de Madagascar après le retour à l’ordre constitutionnel. L’offensive est payante car toutes les sanctions qui ont affaibli le pays pendant la période de Transition ont été levées. Les relations internationales sont rétablies. L’horizon est dégagé et favorise de meilleures perspectives de coopération. Le président de la République se rendra encore en France dans les prochains jours pour répondre cette fois–ci à l’invitation du président français François Hollande dans le cadre d’une visite officielle.   En annonçant qu’il prend la tête de la réconciliation nationale, le président de la République se tourne sur une question brûlante interne. Il pense sans doute que le moment est venu devant les hésitations et les fuites en avant des uns et des autres, d’engager la vitesse supérieure en faveur de la réconciliation nationale. Sans la réconciliation nationale, a-t-il toujours soutenu, il n’y a pas de développement. Le président Rajaonarimampianina est encore avare de détails sur ce qu’il entreprendra dans ce sens. Mais une chose est sûre, la détermination est dans sa déclaration. Un espoir pour les exilés politiques et les prisonniers politiques. Et partant pour la démocratie apaisée.

Zo Rakotoseheno

Share This Post