Pour un sommet à cinq

Jacaranda

Marc Ravalomanana obtiendra-t-il l’autorisation des dirigeants pour passer en famille, dans sa résidence à Faravohitra, les festivités de Noël ? Ou bien le libèrera-t-on parce que la thèse de la sécurisation prônée par les autorités à son encontre est battue en brèche par la nature illégale et arbitraire de sa détention soutenue par sa famille, ses partisans et ses avocats. Et partant le public. Marc Ravalomanana aura-t-il aussi l’autorisation de recevoir le FFKM qui souhaite le rencontrer dans le cadre de la préparation du sommet à cinq, dont il a la ferme intention d’organiser avant Noël.

Pour un sommet à cinq

         Le dossier Ravalomanana et consorts qui, il faut le dire, n’avance pas et donne l’impression d’être enfoui dans une grande opacité, est en train d’écorner l’image et la crédibilité du régime au pouvoir sur le chapitre des droits humains et des droits de l’homme. Cela fait maintenant plus de quarante jours que plusieurs personnes sont détenues à Antsiranana dans le cadre de cette affaire retour en catimini de l’ancien président de la République mais jusqu’à présent, la lumière n’est toujours pas apportée pour diminuer la tension politique qui augmente au fur et à mesure du temps en plus des hésitations et tergiversations en haut lieu. Au niveau de la communauté internationale, on voudrait bien voir Madagascar arriver au bout de ce dossier pour qu’il puisse se concentrer davantage sur la lutte contre la pauvreté grandissante et son développement. L’année tire à sa fin mais les articles de la Feuille de route de septembre 2011 concernant le retour des exilés politiques et la libération des prisonniers politiques ne sont toujours pas à l’ordre du jour. S’il ne tient qu’aux familles de ces derniers, cette période de Noël est le meilleur moment pour commencer la réconciliation nationale. Les dirigeants en sortiront grandis s’ils mettent en avant une stratégie qui rejoint les aspirations de la population. La tenue du sommet à cinq dans les meilleurs délais est indispensable pour aplanir les divergences entre les anciens présidents, de la République et de la transition. Le président Hery Rajaonarimampianina , dont la légalité et la légitimité viennent des dernières élections démocratiques, devrait apporter à ce sommet la force exécutoire , gage d’application des décisions, en plus de la sagesse du Raiamandreny qu’il est et de la foi au développement qu’il prône pour un avenir apaisé. S’il est vrai que les « dahalo » réussissent à se repentir, il faut croire les politiciens, les militaires, et tous les autres n’auront pas plus de mal pour aplanir leurs divergences, pour éteindre leur haine  et prendre un nouveau départ avec de nouvelles bases dans les relations.

Zo Rakotoseheno

Share This Post