Une nouvelle alliance ?


Bien que la journée du 11 décembre ne soit plus fériée, chômée et payée, elle est restée une occasion de retrouvailles pour l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina, sa plate-forme Mapar et leurs invités. Sans la promulgation de la Constitution, pas de quatrième République. Inconcevable pour ses promoteurs de ne pas la célébrer. Une brochette de leaders politiques a été aperçue sur les lieux. Entre autres, Hajo Andrianainarivelo, Général Camille Vital, Jean Louis Robinson, Saraha Georget Rabeharisoa, Lalatiana Ravololomanana. L’occasion a été mise à profit pour Andry Rajoelina de déclarer que tous ceux qui s’écartent de la route indiquée « iny làlana iny» pour rappeler le cantique catholique devenu hymne de ralliement du mouvement orange de 2009, se retrouveront au fond du fossé. Un message, on ne peut plus clair, aux dirigeants en particulier au président de la République Hery Rajaonarimampianina qui a choisi de prendre une autre route pour s’écarter de «Iny làlana iny».

Une nouvelle alliance ?

           La présence de plusieurs leaders politiques à Ambodivona prête à penser que les divergences qui ont séparé certains d’entre eux sont de nouveau aplanies. Une nouvelle alliance politique n’est-t-elle pas en train de voir le jour ? Il est sans doute prématuré d’avancer que des groupements politiques dont les députés sont membres de la plate-forme pour la majorité présidentielle ont changé de camp. Mais sachant la versatilité des députés et leur penchant pour des intérêts conjoncturels, la formation d’une majorité à géométrie variable constitue toujours une menace permanente à l’Assemblée nationale. Deux projets de loi des plus importants sont examinés en ce moment par les députés. Le projet de statut spécial d’Antananarivo et la loi organique sur la mise en place de la Haute Cour de Justice. Autant pour l’une que pour l’autre, les dirigeants espèrent vivement que les députés ne rechigneront pas à les adopter. Renvoyée déjà une fois, la tentative actuelle du gouvernement de faire passer le projet de statut spécial d’Antananarivo se heurte à des réticences parlementaires. Quant à la Haute Cour de Justice, son adoption est un enjeu crucial pour les députés favorables et défavorables au régime. La naissance d’une nouvelle alliance politique à l’Assemblée est possible après les retrouvailles qui ont marqué la journée du 11 décembre chez Andry Rajoelina. Les anciens de la transition se regroupent à un moment où la stabilité politique est mise à mal par l’insécurité en général. La manif corporative et violente de la Sucoma à Morondava traduit un sentiment de ras-le-bol sans équivoque. L’absence d’une majorité distincte et réelle à l’Assemblée nationale risque de réserver des surprises. Bref, le président de la République a intérêt à prendre le taureau par les cornes en apportant de la vitesse dans les décisions appropriées et les actions efficaces pour que le pays ne replonge à nouveau dans une crise politique profonde.

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication