Pouvoir et contre pouvoir

Jacaranda

Morondava, Port-Bergé et Toamasina. L’application d’un plan de déstabilisation est chuchotée dans divers milieux. Un politicien en est arrivé à déduire sur une station de radio que l’on vit une « ambiance de fin de règne». L’observation voire le pessimisme pourrait trouver sa raison d’être dans la pauvreté et la violence qui accompagne les manifs. Une usine incendiée à Morondava, revendication de justice populaire à Port-Bergé. Descente dans la rue par des  étudiants mécontents à Ambohipo. Sans oublier, les délestages durant des heures, électricité et eau, dans les différentes villes de l’Ile.  Critiques de plus en plus virulentes de l’aile dure du Mapar aux dirigeants sur la mauvaise gestion des affaires nationales.

Pouvoir et contre pouvoir

          Mais le pouvoir n’est pas à bout de ressources. La réintégration dans l’AGOA est venue à point nommé pour redonner de l’espoir au décollage économique. Le rapprochement politique entre Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana suite à leur rencontre à Nosy-Be, pèse de tout son poids sur les rapports de force politique. Malgré la méfiance du parti HVM qui craint et qui exprime son veto  sur une éventuelle redistribution des sièges dans le processus de réconciliation nationale, l’alliance est considérée dans l’opinion comme salvatrice face aux adversaires politiques. En effet, l’apparition d’Andry Rajoelina sur le devant de la scène politique entouré de ses anciens  nouveaux alliés politiques a grandement surpris le public. L’hypothèse d’un possible remake de 2009 vient à l’esprit facilement, sauf que beaucoup d’eau a coulé sous le pont depuis cette date. La communauté internationale veille au respect de la démocratie naissante. Ses membres se tiennent par la barbichette pour que les principes et les valeurs ne soient pas foulés au pied. Elle est, depuis les résultats des élections de l’année dernière derrière, l’élu du peuple, même si elle n’est pas entièrement satisfaite des résultats enregistrés jusqu’à présent  au point de faire patienter sur les financements promis. Mais les vraies questions n’ont pas encore trouvé de réponse. La tension politique et sociale  est réelle à certains endroits comme Morondava, Port- Bergé, Ankatso, Toamasina etc.  Elle resitue et recompose les forces politiques.  Un Pouvoir et une Opposition commencent à apparaître. Fini le temps des hésitations. On  choisit son camp. L’image que cela nous laisse ne peut être abandonnée au pessimisme des hypothèses et des perspectives. Pouvoir et contre-pouvoir sont en train de renaître. Mais il reste à en faire bon usage, car la démocratie ne se renforce que par ce jeu. Celle-ci le sera davantage dans la réconciliation nationale qui débute ce jour par le sommet à cinq du FFKM.

Zo Rakotoseheno

Telma Fibre Vibe

Share This Post