Un janvier chargé

Des noms de Premiers ministrables circulent en ce moment dans divers milieux. La Plate-forme pour la majorité présidentielle (PMP) dominé par le HVM aurait demandé au Premier ministre Kolo Roger de démissionner. Mais ce dernier refuse la démission. Comme il l’a affirmé de manière à peine voilée dans son allocution de vœux au président de la République, il est prêt à améliorer son bilan antérieur cette année. Une manière de repousser la demande de démission formulée à son endroit. L’Exécutif est-il en train de fracasser ? La question vient à l’esprit dans la mesure où  le président de la République doit rapidement prendre une décision pour éviter les rivalités profondes et l’instabilité en haut lieu.

Un janvier chargé

       Si le Premier ministre ne dépose pas sa démission,  si le président  de la République n’intervient pas,  ce seront les députés qui décideront du sort du Premier ministre. Le dépôt d’une motion de censure n’est plus à écarter à cette fin et pourrait s’inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale convoquée pour  une session extraordinaire à partir du 13 janvier.  En attendant, un mouvement de soutien au maintien du Premier ministre est en gestation à l’Assemblée nationale. Parallèlement, des noms de Premiers ministrables y circulent aussi, dont ceux de Rivo Rakotovao et d’Attalah Béatrice. Face à l’enjeu, les rapports de forces politiques évolueront beaucoup.  Il n’est pas impossible que la géométrie variable qui guide en pratique le jeu des députés conduise à l’avènement surprenant d’une nouvelle majorité. Le départ ou le maintien du Premier ministre Kolo Roger suscitera bien des remises en question et sera source de joutes politiques houleuses à l’Assemblée nationale. Mais une chose est certaine, le président de la République aura le dernier mot s’agissant du choix du chef du gouvernement. Au pire, il peut dissoudre l’Assemblée nationale.

Janvier, le mois le plus long de l’année, ne sera pas de tout repos. L’actualité est chargée avec  le bras de fer pour le départ ou le maintien du Premier ministre,  la formation d’un nouveau gouvernement si le Dr Kolo Roger s’en va,  le sommet des cinq chefs d’Etat organisé par le FFKM (six si Norbert Ratsirahonana est admis dans le club), les résolutions qui découlent de la réconciliation  et qui devraient apporter  de  l’apaisement propice au développement du pays, l’anniversaire de l’investiture du président de la République Hery Rajoanarimampianina. La vision du président de la République est un avenir meilleur, par le développement, par la participation de tous à travers l’union sacrée. Un grand changement qui dépendra néanmoins du bon déroulement de tout ce programme de janvier.

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication