La session à suspense

Jacaranda

Il est prévisible dans la conjoncture actuelle que le bras de fer à l’Assemblée nationale entre les partisans de l’Alliance d’Ambodivona et la plate- forme pour la majorité présidentielle se poursuivra des plus belles à la prochaine session ordinaire prévue au mois de mai. Les positions sont fermes. D’ici là, la situation des députés en conflit d’intérêt avec leur parti sera claire. Le succès du recours à la déchéance que les membres de l’Alliance agitent comme une épée de Damoclès sur la tête des brebis galeuses demeure incertain. Les députés ne se laissent pas impressionner et surtout déchoir.

La session à suspense

           Toujours est-il que l’Alliance dirigée par Andry Rajoelina qui ne reconnaît pas la nomination du Premier ministre ne reste pas les bras croisés. Le Conseil d’Etat s’est déclaré incompétent sur la demande de sursis à exécution de la nomination du PM qu’elle a déposée. La Haute Cour Constitutionnelle n’a pas encore rendu sa décision après délibération. Mais si la bataille judiciaire au niveau des instances juridiques est perdue, la guerre de majorité à l’Assemblée ne l’est pas. L’Alliance envisagerait de démontrer avec ses députés qu’elle reflète le mieux la majorité citée par l’article 54 de la Constitution. Le dépôt d’une motion de censure envers le gouvernement Ravelonarivo à l’Assemblée est en gestation. En cas de réussite de l’action, le gouvernement remet sa démission au président de la République. L’Alliance d’Ambodivona aura la main mise sur la proposition du Premier ministre et la formation du gouvernement. Le résultat obligera à vivre une cohabitation au niveau de l’Exécutif. Toujours est-il que la plate-forme pour la majorité présidentielle actuelle dominée par le HVM ne laisse transparaître aucune inquiétude devant la menace. Le gouvernement de combat est sur pied. Sa priorité politique est d’avoir de puissantes assises dans les régions par la voie des élections communales en juillet. Dans cet objectif, la motion de censure concoctée pour le mois de mai contre le gouvernement ne lui fait pas peur. Le Premier ministre et son gouvernement pourraient même surprendre à cette prochaine session parlementaire en invitant les députés à voter la question de confiance. Autant dire que devant les enjeux les deux camps politiques s’observent. Malgré sa position, l’Alliance d’ Ambodivona n’accepte pas d’être rangée dans l’opposition au pouvoir. Il en est de même de la mouvance Ravalomanana pourtant déçue par le verrouillage de la composition du gouvernement. Avec ce sentiment, il est plus logique de penser que celle-ci serait plus favorable à voter pour une motion de censure. Mais il est en revanche plus réaliste d’affirmer que la mouvance ne tolère pas voir son rival, le Mapar, jouir d’une victoire. Elle votera par conséquent en faveur de la question de confiance si le gouvernement engage sa responsabilité. Au-delà d’une prochaine session à suspense, une chose est prévisible, les élections de juillet et les rapports de force politiques issus des résultats conduiront forcément au remaniement du gouvernement.

Zo Rakotoseheno

Share This Post