Tolérance zéro réaffirmée

«Tolérance zéro », le Premier ministre Jean Ravelonarivo  fait aussi sien ce slogan.  C’est le président de la République qui l’a sorti pour la première fois dans le discours de son investiture pour marquer sa détermination à combattre tous les trafics, en particulier ceux du bois de rose. Dans la droite ligne  du président de la République, le Premier ministre a rappelé le mot d’ordre aux douaniers et aux membres de la justice. Deux entités profondément touchées par la corruption. Désormais, gare à ceux qui se font prendre car en tapant sur la table, les avertissements de Jean Ravelonarivo ne sont pas à prendre à la légère. La chasse aux corrompus commencent à travers une vaste opération de réforme de la Justice et des Douanes.

Tolérance zéro réaffirmée

          Désormais, les contrôles aux scanners ne seront plus affaire de la seule douane. La police des frontières, la gendarmerie, assisteront aussi. L’aéroport d’Ivato qui est visé par cette opération a été ces derniers temps considéré comme une vraie passoire pour nombre de trafics, d’or, de tortues, d’hippocampes, de devises étrangères. Les produits des trafics ne sont saisis que par les douanes d’autres pays ridiculisant le pays de provenance.  Officiellement, les douanes malgaches enregistrent un gap de 110 milliards d’Ariary au niveau de leurs recettes l’année dernière. Quant à la Justice, on se demande en haut lieu pourquoi l’on n’agit pas envers les trafiquants au point de leur faire croire à un statut d’impunis pour continuer leurs abus. « Tolérance zéro » le slogan anti- trafic d’influence vaut donc aussi pour les juges indélicats et corrompus.

Le Premier ministre Jean Ravelonarivo montre de la fermeté  pour atteindre les objectifs du gouvernement. Mais tant qu’il n’y a pas de résultats concrets,  le doute plane sur la volonté réelle de l’Etat. Le public se détourne des discours démagogiques pour faire bonne figure devant  les bailleurs de fonds et partenaires étrangers, et attend par conséquent des résultats de ce Premier ministre qui se distingue de ces prédécesseurs par sa ferme détermination à redorer le blason de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit.  Après les douanes et la Justice, le Premier ministre prévoit de recevoir les forces de l’ordre car, dans le palmarès de la corruption, elles figurent en bonne place. Personne n’ignore que les armes de guerre servent aux cambriolages et aux agressions. L’insécurité croissante vient en grande partie de là. Quoi qu’il en soit, en prenant des mesures qui mettent fin au laxisme, le Premier ministre Jean Ravelonarivo donne un signal fort de changement. Si ses ordres sont suivies, il n’y a pas de raison que le gouvernement n’obtienne pas les résultats espérés.

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication