Bons comptes, bons élus !

Ils sont en tout et pour tout 151, quoique l’effectif soit rarement sinon jamais au grand complet dans les travées de l’Hémicycle, même lors de moments importants comme le vote de la résolution de déchéance et celui de la motion de censure.

Bons comptes, bons élus !

L’absentéisme est un phénomène récurrent à Tsimbazaza où il est peut-être temps d’instituer une carte d’assiduité pour les députés « boursiers » de la République. Et ce, à l’instar de ce qui a …cours – c’est le cas de le dire – à l’Université où les étudiants non assidus voient leurs bourses coupées au niveau de l’agence comptable. En revanche, l’ « accountability » ou redevabilité n’est pas de mise pour les membres de la Chambre basse qui ne pensent pas rendre des comptes à leurs électeurs.  Pas plus qu’ils ne se sentent responsables devant leurs électeurs qui sont déboussolés par les pirouettes et retournement de veste des députés qui n’ont pas volé leur appellation de « solombavambahoaka ». Au propre comme au figuré. C’est-à-dire qui parle et …mange à la place du peuple qui les a élus. Ils justifient également, du moins pour une grande partie d’entre eux, le qualificatif de « olomboavidy » collé par le président Zafy Albert  aux « olomboafidy » de la première législature de la Troisième République. Un mercantilisme politique qui continue d’être la doctrine à Tsimbazaza où l’on manipule les …chiffres pour faire monter la surenchère sur fond(s) de pacte de responsabilité. Après les Mapar II et III, on assiste aujourd’hui à l’émergence d’une NMP II qui regrouperait 96 députés, selon les sergents recruteurs de la majorité présidentielle, alors que la NMP qui avait voté la résolution de déchéance, dément l’existence de transfert massif durant le mercato. De toute façon, toutes les nouvelles recrues ne pourront pas intégrer la prochaine équipe gouvernementale, même si le fair-play financier n’est pas non plus de mise au sein de la Chambre basse…ment matérielle aux yeux de l’opinion pour qui les bons comptes, font les bons …élus.

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

8 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Tout le monde peut spéculer sur la suite ce Pacte de responsabilité tronqué dès le départ.

    En effet, la HCC ne voulant lésé ni l’Exécutif, ni le Législatif, a voulu jouer la prolongation et surtout offert au Président de la République un cadeau empoisonné : gouverner coûte que coûte avec une Assemblée nationale instable, versatile , mercantile et irresponsable.

    Pas même 6 mois après des votes de déchéance et de motion de censure que l’Assemblée nationale va changer … Hery Rajaonarimampianina, à son âge, croit encore au Père Noël !!!

    Les députés, frondeurs ou pas, ne pensent qu’à terminer leur mandat pour leurs avantages et le prolonger ou … au Sénat (le rêve) ou après 2018 … En outre, ils ont besoin de leurs moyens législatifs ( rien que le privilège du titre, …) pour soutenir leur poulain à la présidentielle de 2018.

    Quelque part, Hery Rajaonarimampianiana entretient, sans le savoir, ses adversaires, concurrents (et non rivaux) de 2018.

    Hery Rajaonarimampianina n’a pas encore compris les derniers propos de Ratsiraka … n’est pas encore conscient du cynisme et du machiavélisme de ses prédécesseurs …

    Rajoelina veut le retour d’ascenseur, Ravalomanana ne veut que revenir au pouvoir par tout moyen pour se venger de Rajoelina en priorité et les restes ensuite …

    Et personne ne s’étonne pourquoi il n’y a pas de nouveaux candidats présidentiels qui pointent son nez ? …

    Tant que c’est ainsi, la HCC « mampiady angely sy tanalà », manipule comme elle l’entend le « Fihavanana » et fout le bordel en mettant ce Pacte de responsabilité sur un terrain miné pour l’Exécutif, le Législatif et tous les Malagasy, riches ou pauvres, citadins ou ruraux.

    En attendant, ce qui est sûr, aucune Institution ne pense à l’intérêt général des Malagasy. Les faits divers et mouvements sociaux qui dépassent l’entendement et le bon sens n’interpellent pas le pouvoir …

    Comment veut-on que les bailleurs de fonds puissent nous aider ?

    Désolé, miala tsiny f’efa an-dohalika ny ranombary !

  2. Là, tu parle; tu ne savais pas que depuis le temps Madagascar n’est promus à aucun amélioration sur le plan agriculture et élevage. On dirai que c’est du délire de penser à cela maintenant, il ne font attention qu’à leur ressource seulement et Les investisseurs n’acceptera jamais notre rénovation même pas en rêve.

  3. Mesdames et messieurs, je vous présente le caractère typique des députés frondeurs. C’est assez drôle. Ils ne pensent qu’à leur « seza » au sein de tel ou tel endroit. Comme c’est malheureux que d’être représenté par des guignols.

  4. à combien s’élèvent les dépenses de ces solombavambahoaka aux frais de la population? et à combien s’élèvent les dépenses en bouses et logements universitaires? si tout cet argent a été utilisé pour construire des routes, des hôpitaux, pour l’amélioration des productions agricoles et animales, les conditions de vie de la population seraient un plus meilleures

  5. Madagascar, depuis longtemps, entretient un mensonge avec toute la rouerie et l’art du faux-semblant qui font le « charme » de la Grande-île. Et ce mensonge est celui-ci : il n’y a pas, il n’y a jamais eu et il n’y aura sans doute jamais de démocratie à Madagascar. Les Malgaches sont passés de la monarchie à la colonisation, de la colonisation à une Indépendance « bidon » dirigée depuis Paris (Tsiranana) , de cette Indépendance « bidon » à la dictature « socialiste » (Ratsiraka), de cette dictature à un régime libéral où tout s’achète, surtout les consciences, et où tout se vend, surtout l’honneur, (Ravalomanana), de ce régime ploutocratique à une nouvelle dictature parmi les plus bêtes et criminelles de l’Histoire (Rajoelina) et de ce grand n’importe quoi à un quelque chose de vaguement républicain et mendiant qui avoue chaque jour son impuissance (le président Hery). Je fais l’impasse sur Zafy (négligeable). Bref, Madagascar n’a jamais été une démocratie mais a élu des députés pour faire croire qu’il y en avait une (la communauté internationale ne donne du vola qu’aux démocraties…). Ces députés sont la lie du peuple malgache. Personnellement, j’appelle cela des gros cons inutiles. Je pourrais être plus poli, plus nuancé… Mais non, je n’en ai pas envie. Que des gros cons, vous dis-je.

  6. Un article qui définit bien les parlementaires… la plupart n’ont plus leurs place à l’Assemblée nationale. Si Hery Rajaonarimampianina refuse de dissoudre le bureau permanent par souci de stabilité, le peuple est déjà au courant qu’il n’a plus rien à espérer de leurs soi-disant représentants.

  7. Nos politiciens pensent que le peuple malgache est ébloui par le « DOPAGE DES CHIFFRES ».
    Quoi qu’on dise, c’est le « RESULTAT » qui compte.
    Plutôt, chers politiciens, ayez le courage, en toute humilité, de dire que le peuple malgache est « PAUVRE » et comment faire pour s’en sortir?

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.