Confiance et inquiétude

Jacaranda

Lalao Ravalomanana a visité hier l’Hôtel de ville avec ses partisans. Elle a fait, en maire élue, le tour du proprio, bureau par bureau sous la conduite du PDS. La passation n’a pas encore eu lieu. D’après les explications, c’est le ministère de l’Intérieur qui maîtrise le calendrier. Tous les maires élus doivent encore procéder à une indispensable formation avant d’accéder à leur fauteuil. Une quinzaine de jours est avancée à cette fin. Lalao Ravalomanana qui  a témoigné de l’impatience pour une passation avec le PDS ne sera à la mairie que vers la mi- octobre. Elysée Ratsiraka nouveau maire élu de Toamasina I est aussi tombé dans le panneau. La passation avec son prédécesseur a été réalisée au lendemain de la proclamation officielle des résultats. Mais le ministère de l’Intérieur ne reconnaît pas la passation précipitée qui ne relève pas de son calendrier.

Confiance  et inquiétude

Les maires sont pressés mais on leur fait patienter. L’attente fait naître beaucoup de questions dans l’opinion. N’a-t-on pas trop attendu déjà depuis le 31 juillet date du scrutin ? Les plus soupçonneux redoutent l’existence de « quelque chose à cacher » sinon on ne ferait pas attendre les élus. Mais quoi qu’il en soit, des maires comme Lalao Ravalomanana se sont préparés  d’avance pour la gestion de la ville. On se rappelle qu’elle a été  en Allemagne avant l’ouverture de la campagne de propagande pour découvrir et se former. En plus, son mari Marc Ravalomanana se prépare aussi à retrousser ses manches pour l’aider au maximum. Celui-ci a déjà été élu maire de la capitale à la fin des années 90. Ses initiatives et réalisations n’ont pas déçu les Tananariviens. Il en a fait un tremplin pour les présidentielles. Mais si la volonté affichée de l’ancien président de la République redonne  confiance aux uns, elle suscite de l’inquiétude aux autres. Lorsque l’on sait que Tiko, fleuron de l’industrie, n’a pas payé ses impôts et a encore beaucoup d’arriérés à honorer, on craint dès lors les abus de pouvoir pouvant revenir au galop. Et ce, même si la compassion du public demeure envers celui  qui a tout perdu lors du « lundi noir » en 2009. Toutes les sociétés de Marc Ravalomanana ont été pillées, incendiées et détruites. Il figure parmi ceux qui devraient être indemnisés en premier.  Une chose est sûre, Lalao Ravalomanana aura besoin de l’expérience de son mari pour bien tenir la capitale. Mais elle doit évacuer la crainte dans l’opinion  de la soumission devant son mari. Il ne faut pas  oublier que les Tananariviens qui veulent du changement ont élu la femme et non l’homme pour la gestion de la Ville des mille.

Zo Rakotoseheno

Share This Post

13 Comments - Write a Comment

  1. Aleo ihany olona hotrany ra8 na maro aza ny tsy nety nataony ,fa raha izao no mitohy dia hozarazarainy rajao sy ny forongôny aminy sinoa sy ny karana i Antananarivo,firy ireo Gasy Mafy ady no alany fanjakana. Aminy taniny dia omendreo andry bory satroka sy ry sinoa? Fa tsy lazaina aminy gazety satria vahoaka mahantra,en plus jereo ny bordel eto Tana n’a ny taxibe n’a ny loto sns…. Ka hoy aho hoe alao izy hanampy any Mme lalao

  2. Arrêter ? Bouger vous pour développer votre patrie au lieu de faire de remarque non productive , c’est à dire à la …..
    Merci
    Penser aux malgaches les plus démunis

  3. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce monsieur.

    Toutefois, je dois reconnaître que pour une fois, il écrit une contribution modérée et de bon sens.

    Il est légitime de se réjouir de l’élection de Lalao Ravalomanana, mais il faut revenir su la terre ferme, après les cris de victoire car les tâches qu’elle a devant elle sont immenses. Et tous les paramètres du succès de sa gouvernance ne sont pas encore au rendez-vous.

    A commencer par le budget de fonctionnement de la Ville. Viendra ensuite la nature de ses relations avec le pouvoir central. Et enfin, il y a l’adhésion de la population à sa politique de gestion de la Ville.

  4. Pour la 1ère fois, nous sommes sur la même longueur d’ondes.

    Les habitants d’Antananarivo ont en marre de l’état actuel de leur ville et ils sont prêts à écouter et à suivre le premier qui se proclame « sauveur » ou même « messie ».

    Je ne peux pas trop leur en vouloir car l’espoir fait vivre.

    Je ne suis partisan de qui que ce soit car notre classe politique a montré son incompétence.

    Mais, comme je l’ai écrit dans un autre post, le premier handicap de Lalao Ravalomanana est cet immense espoir suscité par son élection.

    Handicap triplé par la remise en ordre des affaires de la ville tout en préparant le tapis rouge de 2018 pour son mari.

    De plus, elle semble confondre vitesse et précipitation en allant visiter pour la deuxième fois la mairie. Voudrait-elle montrer par ce geste qu’elle est est le maitre à bord dorénavant ? Voudrait-elle prouver à ses futurs administrés qu’elle a hâte d’en découdre ?

    Elle a déjà commis des erreurs de communication au soir des élections communale en annonçant qu’elle favoriserait les communes qui ont voté pour elle.

    Un changement de trajectoire dans sa communication et celle de son mari ne serait pas inutile car elle risque de se mettre à dos ceux qui ne seront pas susceptibles d’accepter une gestion à la hussarde telle que présagent ses faits et gestes.

    Celui qui veut aller loin, ménage sa monture.

  5. Ce qui est sûr, la candeur et l’inexpérience de Lalao Ravalomanana n’arrivent pas à résoudre rapidement les problèmes, défaillances et lacunes de la Mairie d’Antananarivo.
    Son mari ne peut pas faire grand chose concrètement et ne peut pas assister aux séances du Conseil municipal où les débats s’annoncent plus « chauds » et compliqués que les relations entre l’Exécutif et l’Assemblée nationale.
    A la différence du Président de la République, le Maire d’Antananarivo n’a pas de « fusible » (équivalent du 1° Ministre) pour ne pas être disjoncté aux moindres variations de tension qui ne dépend nullement du Jirama (…)
    Bref, elle verra dès les 1° mois les relations avec les employés municipaux (des simples agents aux cadres en passant par la police municipale, …), l’ampleur de ses tâches et ses responsabilités.

    Tout ce qu’on peut lui souhaiter c’est d’abord la santé, du courage dans l’adversité, la
    maîtrise de soi pour ne pas tomber dans les pièges de la provocation et
    surtout de la PERSONNALITE pour écarter les calculs politiques des
    membres du Conseil municipal et, en particulier son mari qui l’utilise
    comme « moyen ».

    Confiance ou inquiétude ( et non  » confiance et inquiétude ») ?

  6. On s’en fou de ce que disent vos enfants. Gardez vos opinions negatives, nous les malgaches ont besoin de pensee positive.
    Heureusement que vous n’etes plus trop jeune, sinon quel avenir avec ce caractere…

  7. C’est exactement la réponse que me font Tiana et Linda , mes deux grandes, âgées respectivement de 16 et 17 ans…lorsque je leur préconise la prudence et la réflexion

  8. On n’est plus des enfants. On est bien conscient de ce qu’on fait. Heureusement.

  9. Je ne vous empêche pas de croire, cela serait stupide… Les enfants croient longtemps au père Noël…que vous vous croyez à la mère Noël… Préparez vos kapa les cadeaux les rempliront

  10. En tout cas, On n’a nullement besoin d’une personne aussi negative que vous. Au moins nous, on y croit toujours… Revenez d’ou vous venez JEAN JACQUES CHOLLEZ.

  11. Redresser la barre??avec quoi? Un sourire un rond de jambe….les promesses n’engagent que celui qui les écoute…

  12. Et qu’il arrête de fronder maintenant!

  13. Le Tim critique sans arrêt le régime de Rajaonarimampianina, j’espère vraiment pour lui qu’il va bien réussir à redresser la barre à Tana.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.