Délestage, bruit et pollution

Jacaranda

On en en pas fini avec les délestages. Les coupures d’électricité continuent. Elles sont moins longues qu’auparavant depuis deux semaines. Mais l’Etat n’en est toujours pas arrivé à bout malgré les investissements coûteux en groupes électrogènes et en carburants et les dépenses en réparations des matériels en panne. Il n’y a pas en fait que l’électricité, l’approvisionnement en eau aussi est devenu un immense problème pour des quartiers de la capitale. La Jirama a annoncé que d’éventuelles coupures d’eau dans plusieurs quartiers d’Antananarivo, auront lieu demain, 19 novembre, de 09h00 à 19h00. Ces quartiers sont Mandroseza, Ankadindratombo, Alasora, Mahazoarivo, Ambohimiandra, Morarano, Androndra, Manakambahiny, Mahamasina, Befelatanana, Andrefan’Ambohijanahary, Anosy, Marohoho, Tsimbazaza, Homi, Iavoloha, Ampasampito, Nanisana, Ankadifotsy, Manjakaray, Analamahitsy, Ambodivoanjo, Ivandry, Ilafy, Ambohitrarahaba…

Délestage, bruit et pollution

       Les difficultés augmentent au lieu de diminuer. Certaines décisions d’investissements de l’Etat effectuées dans la précipitation manquent d’appréciation sérieuse et ressemble plus à des palliatifs qu’à des solutions réelles. Des projets au forcing réalisés à la hâte sans l’avis au préalable de la population. Il en est ainsi de la mise en place avec une société privée des 52 groupes électrogènes conteneurisés fonctionnant avec 253 mille litres de gasoil par jour d’Antanandrano qui ont contourné les études d’impacts environnementaux pourtant nécessaires et obligatoires. Conséquence, les bruits dangereux et insoutenables des moteurs et la fumée polluante qui en émanent en permanence suscitent la grogne des riverains alentours. Ils ont en masse déposé une plainte à la mairie de la Commune devant les vibrations, la gêne et la perturbation permanente causée, jour et nuit. Les responsables du projet restent pourtant sans réaction. Ils commenceraient néanmoins à se rendre compte des effets néfastes de l’implantation de leur projet dans ce quartier tranquille de la ville. Ils auraient approché l’ONE pour une compatibilité, tout récemment. Tout aussi grave pour les riverains, est la dégradation rapide des routes qui mènent vers ce quartier. Depuis l’installation du projet, ils voient en la fréquence des camions citernes qui ravitaillent en carburant les groupes électrogènes l’une des principales raisons. Quoi qu’il en soit, des solutions urgentes sont indispensables. L’objectif d’en finir avec les délestages qui n’est pas encore atteint à ce jour ne devrait pas favoriser l’apparition d’autres problèmes. Les bruits trop forts à Antanandrano nuisent à la tranquillité et à la santé des riverains de plusieurs quartiers à la ronde tels qu’Ivandry, Ambohitrarahaba, Ilafy. L’Etat devrait penser à une répartition géographique appropriée de ces moteurs conteneurisés bruyants à travers les sites de la Jirama. Les effets dangereux et les nuisances diminueraient et seraient plus tolérables dans ces quartiers victimes auparavant calmes et tranquilles.

Zo Rakotoseheno

Telma Fibre Vibe

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Mais qu’attendons-nous de ces bras cassés qui ne connaissent que les emplâtres sur jambe de bois et autres solutions décidées à la hâte sans cohérence avec la réalité des problèmes ?

    De telles solutions ne peuvent en résulter que l’apparition d’autres problèmes qu’il faut, de nouveau, résoudre à la-va-vite.

    Et ainsi de suite jusqu’à ce que le pays tout entier devienne une somme/addition de problèmes à l’infini.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.