A 23 jours de la célébration de la fête nationale

La fête nationale du 26 juin n’a plus ce caractère sacré qui était le sien, il n’y a pas si longtemps. A vingt-trois jours de cet événement, les Malgaches ne semblent pas concernés par les préparatifs de cette célébration, chacun étant beaucoup plus préoccupé par sa lutte pour survivre. Le quotidien ne lui laisse pas le loisir de se projeter dans cet avenir pourtant très proche. Les propos tenus par les auditeurs sur certaines radios laissent peu de doute sur l’état d’esprit avec lequel ils vont célébrer ce 56e anniversaire de l’indépendance de notre pays.

A 23 jours de la célébration de la fête nationale

Le président de la République tente tant bien que mal d’exalter la fierté des Malgaches, en prononçant des discours enflammés lors des différentes inaugurations auxquelles il a procédées ces derniers temps. Cependant, il n’arrive pas à effacer la triste réalité qui s’étale sous nos yeux tous les jours. Les opposants ne se privent pas de nous le rappeler régulièrement dans leurs déclarations à la presse et leurs interventions sur les ondes des radios privées. Devant les difficultés de la vie quotidienne, la population prête une oreille attentive aux discours de ces derniers. Certes, elle n’est pas encore disposée à suivre tous les appels à la contestation qui sont lancés par les opposants les plus déterminés, mais elle est sensible à l’atmosphère pesante en train de s’installer. Les marchands de drapeaux ont fait leur apparition dans les rues mais ils ne semblent avoir aucun succès auprès de ceux qu’ils croisent. Ce désintérêt est un signe qui ne trompe pas : les malgaches ne se préoccupent pas de cette fête nationale qu’ils considèrent à tort ou à raison peu propice à des réjouissances. Ils pensent aux dépenses que l’Etat va faire pour les différentes festivités du 26 juin, pour ne parler que des podiums, des feux d’artifices et du banquet qui aura lieu au Palais d’Iavoloha après la parade militaire de Mahamasina. Le président de la République et le gouvernement vont tout faire pour donner un certain lustre à cette célébration du 56e anniversaire de l’indépendance. Néanmoins, l’enthousiasme n’est pas encore là et ces derniers ont vingt-trois jours pour le faire.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.