Le réalisme et l’opiniâtreté de Ravalo

L’ancien président Marc Ravalomanana a pris acte du satisfecit du FMI au programme de réformes engagées par le régime et se réjouit de cet appui qui devrait débloquer 319 millions de dollars dans le cadre de la FEC. C’est en homme politique réaliste et responsable que l’ancien président se conduit aujourd’hui et il fait tout pour ne pas prêter le flanc à la critique du pouvoir.

Le réalisme et l’opiniâtreté de Ravalo

Les épreuves qu’il a traversées l’ont rendu lucide. Son retour au pays en catimini ne lui avait pas permis de retrouver la place qu’il espérait sur la scène politique malgache. Son caractère impétueux a été très vite bridé par le régime du président Hery Rajaonarimampianina. Il a tiré des leçons de ses déconvenues et il a préféré composer avec ce dernier. Pour montrer sa bonne volonté, il a signé l’accord de réconciliation du sommet d’Ivato à la différence des deux autres anciens chefs d’Etat Zafy Albert et Andry Rajoelina. Malgré cela, le pouvoir a tout fait pour l’empêcher d’agir à sa guise. Le crédit qu’il garde auprès d’une grande partie de l’opinion en fait un redoutable adversaire que ce dernier continue à surveiller de près. On veut tout faire pour l’empêcher de reconstruire son ancien empire financier. L’administration lui met régulièrement les bâtons dans les roues. L’ancien président Marc Ravalomanana, malgré les couleuvres qu’il continue d’avaler, fait bonne figure et continue de dire qu’il n’a pas l’intention de gêner le régime. Mais, il poursuit opiniâtrement son objectif : remettre sur pied ses sociétés détruites par le régime de transition. C’est dans ce cadre qu’il a annoncé hier l’examen par la SADC de ce problème. En homme politique responsable, il fait tout pour montrer qu’il est un partisan de la stabilité politique et qu’il rejette tout acte de déstabilisation. Cela ne l’empêche pas de lancer de temps des piques à l’endroit du pouvoir. Ses remarques, même si elles sont mesurées, sont toutes fondées et rejoignent les aspirations de beaucoup de gens. Mais après ses sorties médiatiques, il opère souvent un repli prudent et ne peut pas être taxé d’opposant virulent. L’homme politique a, aujourd’hui, retrouvé toute sa place au sein du microcosme politique malgache.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.