Défendre la liberté d’expression à tout prix

En refusant d’ajourner la discussion du projet de loi sur le code de la communiication, les députés semblent avoir pris le parti de ne laisser aucune chance à sa refonte. Les représentants des journalistes qui ont rencontré les membres de la commission communication, information et relation avec les institutions en ont été pour leur frais et ont essuyé un refus ferme mais poli de la part de ces derniers.

Défendre la liberté d’expression à tout prix

Les membres de la presse n’ont pas cessé d’alerter les autorités étatiques et les parlementaires sur le danger que fait courir ce projet de code de la communication sur la liberté d’expression. Le texte qui a été adopté en conseil des ministres a été foncièrement différent de celui élaboré lors de l’atelier financé par le PNUD à Antsirabe. Plusieurs articles ont été remaniés, mais c’est le fameux article 20 relié à la loi sur la cybercriminalité qui a fait bondir les journalistes et qui a provoqué une levée de boucliers. Ce fameux article qualifié de liberticide n’a pas été retiré et a été présenté tel quel au Sénat qui l’a laissé tel quel. Les journalistes n’ont pas cessé de protester et ils ont été rejoints par les patrons de presse regroupés au sein du GEPIM. Aujourd’hui, le code de la communication va être présenté à l’Assemblée nationale et risque d’être voté sans aucune discussion préalable. La manifestation des membres de la profession, hier, ne semble n’avoir eu aucun effet. On leur a opposé une fin de non recevoir ou plutôt la demande d’ajournement de l’examen de la loi a été refusé. La réaction du monde des médias est donc à la mesure de cette attitude qui frise le mépris. Elle est unanime et chaque quotidien, chaque magazine, chaque chaîne de télévision, ou station de radio a, aujourd’hui exprimé son indignation à sa manière. Le communiqué du GEPIM résume en des termes choisis toute la détermination du groupement. C’est une des libertés fondamentales de notre société qui est touchée, celle d’une expression libre, permettant de dénoncer toutes les dérives du pouvoir.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.