Un équilibre fragile prêt à se rompre


Entre le général Florens et les leaders de l’A .F.P. (Antso Fanavotam-pirenena), les positions semblent irréconciliables. Aux mises en garde extrêmement fermes du premier, les seconds opposent une détermination sans faille et ils persistent dans leur volonté d’amener la population de Tana sur la place du 13 mai.

Un équilibre fragile prêt à se rompre

Ne s’agit-il que d’une surenchère verbale ? On aimerait bien le croire, mais les deux parties ne peuvent pas à moins de perdre la face se dédire. Le chef de l’EMMOREG Analamanga qui se dit garant de l’ordre et de la sécurité dans la capitale a toujours mobilisé les forces nécessaires pour disperser les manifestations organisées ici et là. Cette fois-ci, il est face à un mouvement de protestation d’une ampleur beaucoup plus grande que ceux auxquels il avait fait face auparavant. Il dit être prêt à relever le défi qui lui est lancé. Sa phrase « Handray andraikitra » (« je vais prendre mes responsabilités ») veut tout dire. Il va donc utiliser les grands moyens pour empêcher les manifestants de se rendre demain sur la place du 13 mai. Les membres de L’A.F.P. sont, eux aussi, tenus par leurs déclarations et vont mener leurs troupes à la confrontation. La population de la capitale, dans sa majorité, oscille entre exaspération et prudence. Les observateurs ne savent pas trop quelle sera sa réaction cette fois-ci. Le souvenir des charges des forces de l’ordre durant la période de la transition est encore très présent dans son esprit et elle n’est pas prête à revivre cette période mouvementée. Mais, elle veut aussi faire entendre sa voix et la volonté du pouvoir de lui confisquer la parole pourrait tôt ou tard l’amener à abandonner toute prudence. Le chef de l’Etat donne l’impression de minimiser le malaise qui existe et s’en remet aux courroies de transmission officielles pour évaluer la situation actuelle. Ces dernières lui rapportent que tout ne va pas pour le mieux, mais les citoyens malgaches ne veulent pas suivre les leaders politiques désireux de les mener à une certaine violence. A-t-il raison de croire ces informations ? Jusqu’à présent, régnait un certain équilibre. Il est fragile et est prêt à se rompre..

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.