Soamahamanina, ce n’est pas fini

On croyait que les différends avaient été applanis et qu’après le départ de la société chinoise, la localité de Soamahamanina retrouverait la tranquilité à laquelle elle avait toujours aspiré. Mais ceux qui contestent le régime en ont fait un symbole, celui de la résistance aux actions entreprises par ce dernier, qu’elles soient bonnes, ou mauvaises.

Soamahamanina, ce n’est pas fini

Tout le monde se souvient des affrontements violents ayant émaillé les manifestations des habitants de Soamahamanina  hostiles à l’exploitation de leurs  terres par la compagnie chinoise, JiungXing  Mines. Ce qui n’était au début que la contestation d’une partie de la population de la localité,  est devenu un problème régional avec la venue sur place de personnes venues des alentours et même de la capitale. L’opposition au régime en a fait son cheval de bataille et après la diffusion des images de la dispersion par la force des manifestants, le pouvoir a persuadé les Chinois de se retirer. Le leitmotiv de ces derniers était le refus de céder leurs terres à des étrangers. La tension est retombée après leur départ, mais le contentieux avec les autorités n’a pas été apuré, puisque les leaders du mouvement de contestation arrêtés sont toujours sous les verrous. Jusqu’à présent, les pouvoirs publics ont opposé une fin de non-recevoir à la demande de leur libération. C’est dans ce contexte que va être organisé ce jeudi de la contestation sur place. Ses organisateurs ont préparé leur manifestation. On retrouvera bien sûr une partie des habitants, mais également des opposants  au régime. Nul ne sait quelle va être la tournure des événements, puisqu’aucune autorisation n’a été délivrée par les autorités. Les forces de l’ordre seront certainement  présentes en nombre. Il est à noter que les manifestants ont déclaré qu’ils défileraient dans l’ordre et le calme.  Si les esprits ne s’échauffent pas, il ne devrait pas y avoir de violences. Il y aura un fort contingent de journalistes sur place pour suivre les événements. Soamahamanina, ce n’est donc pas fini. Ce village est devenu le point de ralliement de tous ceux qui contestent le régime.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. · Edit

    La dernière phrase n’est pas du tout correcte. Beaucoup sont contre le regime mais ne sont pas venus à Soamahamanina, c’est essentiellement les putschistes de 2009 qui soutiennent ce mouvement. Pour moi, les habitants de Soamahamanina avaient raison en partie raison, mais, il y avait aussi un racisme anti-chinois et un aveuglement anti-régime. Comme la majorité des Malgaches, on trouve que ce régime est incapable. Mais personne ne veut croire que la présence de Lalatiana Rakotondrazafy ou Augustin Andriamananoro dans le mouvement est de bonne augure. Ce sont des criminels qui ne sont pas encore arrêtés , et ils ne sont pas seuls.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.