Travail titanesque

« Madagascar vers une nouvelle vision pour l’océan », a exposé, vendredi, la secrétaire d’Etat chargée de la Mer, Randrianarisoa Léonide Ylénia. La mer, une priorité qui semble bien ne pas avoir été suffisamment prise en compte – malgré le fait que l’on ait eu un amiral aux commandes pendant plus de 20 ans – et qui est enfin institutionnalisée par la création, il y a seulement 6 mois, d’un département à part entière au sein du gouvernement. Une première à Madagascar.

 

Travail titanesque

 

La mer, justement, parlons-en. Les 5 000 côtes de Madagascar lui confèrent le statut d’Etat insulaire qui devrait lui servir de fer de lance pour soutenir, ou même devenir une locomotive pour son développement. Dans la mesure où la mer regorge de ressources marines – parfois insoupçonnées des non-initiés – qui apportent une multitude d’avantages pour le pays, il semble logique que la mer aurait dû être depuis bien longtemps, une véritable priorité. Mais tel n’a pas toujours été le cas. Aujourd’hui, par la création du secrétariat d’Etat chargé de la Mer, il y a six mois, assiste-t-on enfin à un glissement vers un changement ? En tout cas, en dépit de la discrétion dont fait preuve la secrétaire d’Etat qui dirige ce département, les choses semblent bouger dans le domaine des affaires maritimes. Et c’est tant mieux pour le pays. Le travail à accomplir reste, toutefois, titanesque car tout, ou presque, semble bien encore à construire.

Dans l’état actuel des choses, peu de Malgaches ont conscience de l’importance de la question maritime dans la vie nationale et dans leur vie au quotidien. Rien que sur le plan économique, 92% des produits inondant le marché mondial sont passés par la mer, à une étape ou une autre de son acheminement vers le consommateur. Mais à côté du volet économique, il y a ceux de l’environnement et de la biodiversité, de la nutrition, de la recherche et bien d’autres. La mer, qui n’a pas encore livré tous ses secrets dans la mesure où une grande partie des fonds marins n’a pas encore été explorée jusqu’à présent, contient des éléments utiles à la vie humaine.

Madagascar et son vaste espace maritime a son rôle à jouer et devrait avoir son mot à dire sur les questions de gouvernance, même au-delà de la juridiction nationale. Question : le secrétariat d’Etat chargé de la Mer (rattaché au ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche) est-il à la place qu’il faut ? Car à en juger par la dénomination de ce département, c’est donc la pêche qui englobe la mer. Dans la mesure où plusieurs autres volets sont concernés par les activités maritimes, dont bien entendu, la pêche, d’aucuns estiment que le département chargé de la mer devrait disposer de plus de marge de manœuvre dans la réalisation de sa mission. Ils n’ont pas tout à fait tort. Le débat est ouvert.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. inona moa no mahasamihafa @ izao ny sy regime ny arema ???
    Mitovy tanteraka

  2. TOUT A FAIT.!!!

  3. Justement, nos ressources halieutiques profitent à d’autres et non aux citoyens Malgaches, et sur la question de l’amiral, il n’a jamais été question pour lui de faire développer le pays mais de remplir ses poches ainsi que celles de sa famille… Pourquoi certains continuent de l’appeler « Deba » d’ailleurs?! Parce qu’il a plongé le pays dans les affres de la misère?!?! Si le régime actuel veut donner du crédit à la pêche et au secteur maritime, c’est déjà un petit pas vers le progrès de notre île car il y a encore beaucoup à faire à Madagascar.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.