Un camouflet pour le régime à Antsiranana

C’est à un véritable test de popularité que le régime a été soumis lors de la tenue de ce conseil décentralisé à Antsiranana. Il s’attendait à une véritable liesse populaire. La foule prévue par les thuriféraires n’a pas été au rendez-vous. Il n’y a donc pas eu de discours enflammés du chef de l’Etat devant la population de la ville et aucun grand reportage n’a été fait par les journalistes présents sur place.

Un camouflet pour le régime à Antsiranana

Après Toamasina, le chef de l’Etat et le Premier ministre avaient décidé d’organiser le conseil des ministres à Antsiranana. Il s’agissait d’une occasion pour eux pour de se rapprocher de la population des grandes capitales provinciales et de montrer que le régime avait une véritable assise populaire. Une équipe avait, dit-on, été constituée pour organiser le déroulement du programme gouvernemental. Cette dernière n’a apparemment pas réussi à mobiliser la population et l’accueil des personnalités du régime a été plutôt froid. Le conseil lui-même s’est déroulé sans annonce spectaculaire ni décision marquante. Les cérémonies prévues se sont déroulées devant des assemblées peu nombreuses. C’est bien sûr le parti présidentiel HVM qui a pu ainsi mesurer la désaffection de la population du nord de l’île. Ces cadres ont subi un véritable camouflet à cette occasion, puisqu’ils devraient être les maîtres d’œuvre de ces rencontres avec les Antsiranais. Dorénavant, le régime y regardera à deux fois avant d’organiser ces conseils des ministres décentralisés. Après Antsiranana, la prochaine étape devait être Mahajanga. Ce ne sera pas le cas, car la décision a été prise de l’annuler. Cela est tout à fait normal, car la Cité des fleurs est le fief du MAPAR, rival déclaré du HVM. Dans le contexte actuel, il est mal venu pour le régime de risquer une autre déconvenue, les hommes politiques de l’opposition ne se privant pas de railler son manque de popularité. Les grandes figures de la scène politique comme Marc Ravalomanana ou Didier Ratsiraka ont été lors de leur passage dans ces villes été acclamées par de nombreux citoyens.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Cela m’étonne encore qu’après toutes les emmerdes dans lesquelles nous a plongé le « petit » de la transition, il y a encore des gens qui croient en lui… Aveugles ou stupides? L’avenir nous le fera-t-il encore savoir? De toute façon, c’était un conseil des ministres décentralisé, pas un bal populaire ou une propagande!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.