Une opposition officielle enfin installée

Avec l’élection présidentielle de 2013, l’ordre constitutionnel était, dit-on, rétabli à Madagascar. Le pays entrait dans une nouvelle ère et les institutions en place permettaient de donner des gages d’une véritable démocratie. On sait ce qu’il en a été. Durant ces trois ans, le jeu démocratique n’a jamais été respecté.

Une opposition officielle enfin installée

La constitution de la IVe République stipule qu’une opposition officielle doit avoir sa place dans notre système politique. Les élections qui ont eu lieu n’ont pas dégagé de parti majoritaire à l’Assemblée. Une multitude de groupuscules a perturbé le jeu politique à la Chambre Haute, se déterminant en fonction des avantages offerts par le pouvoir en place. Il n’y a donc jamais eu d’opposition officielle au régime à cause de la crainte de ne plus jouir de privilèges accordés à ceux qui soutiennent ce dernier. Au fil des sessions de l’Assemblée, ils ont voté comme un seul homme les lois proposées par le gouvernement. L’opinion qui a eu vent de toutes les manœuvres orchestrées en coulisse n’a jamais caché sa désapprobation. L’opposition au régime s’est constituée à l’extérieur des institutions et elle a voulu exprimer son rejet du pouvoir en place en organisant des manifestations. Cette contestation informelle n’a pu être menée à son terme à cause de l’interdiction de tout rassemblement sur les lieux publics. La stratégie de cette opposition a donc été repensée et c’est sur le plan des idées qu’il a été décidé de mener le combat. L’ « A.F.P » s’est constitué. Le MMM qui en fait partie a décidé d’officialiser la démarche qu’elle a prônée avec les autres membres de ce mouvement. Il a pris les devants et il a profité de cette session ordinaire de l’Assemblée pour acquérir le statut d’opposant officiel. Comme tel, il a des droits reconnus par la constitution. Il peut porter la contradiction lors des réunions de commission. Ses avis peuvent être pris en compte. Aujourd’hui, un nouveau pas a été franchi puisque le jeu démocratique est enfin respecté.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire