En attendant le prochain cyclone

Les conséquences du passage du cyclone Enawo vont se faire sentir très longtemps. C’est avec lucidité et courage qu’il faut  affronter toutes les conséquences de cette calamité qui était prévue et qu’on redoutait, mais on peut se demander si nous y étions bien préparés. Les habitants des localités les plus touchées ne peuvent pour l’instant que compter sur leurs faibles moyens pour essayer de s’en sortir.

En attendant le prochain cyclone

Les dégâts sont immenses dans le nord du pays. Antalaha est un champ de ruines  et la ville est presque coupée du monde, les moyens de communication ayant été détruits dans leur presque totalité. Les autorités locales sont impuissantes et essaient tant que bien que mal de venir en aide aux sinistrés. Le pouvoir central n’est lui aussi pas en mesure d’agir, n’ayant pas anticipé la situation qui s’est produite. Les services de la météorologie avaient pourtant annoncé que des cyclones pouvaient toucher la Grande Ile fin février-début mars. Aucun plan de crise n’avait été élaboré. Le BNGRC  avait été le seul organisme mis à contribution, les autorités au plus haut niveau   étant préoccupées par des problèmes plus politiques. L’insécurité presque généralisée, les vindictes populaires fréquentes et  les difficultés rencontrées quotidiennement par les Malgaches ont, semble-t-il, grandement préoccupé nos dirigeants. Aujourd’hui, ils doivent faire face à une situation encore plus grave car ils n’ont pas de solution aux problèmes qui se posent. Ils ne peuvent pour l’instant que manifester leur compassion et exprimer des mots de réconfort. Les dégâts dont ils prennent connaissance au fur et à mesure sont plus importants que prévu. La montée des eaux ayant entraîné la rupture des digues de nombreuses rivières de la  région d’Analamanga a surpris  les autorités concernées. Ces dernières  doivent réagir rapidement, mais elles ne peuvent pas le faire à cause de leur manque de moyens. C’est à Tana pour l’instant que les secours sont les mieux utilisés. Mais en province, il y a peu de chance que les zones touchées soient aidées rapidement.  Les autorités ne se contentent  pour le moment  que d’effets d’annonce comme à l’accoutumée, mais la population attend de voir ce qu’elles vont vraiment faire. Et ce, en attendant le prochain cyclone qui va frapper la Grande Ile.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. c’est pas aux députes qu’il faut donner un 4/4 mais aux pompiers !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.