La peste et l’insécurité, les deux sujets de préoccupation actuels

La  question de la sécurité et celle de la peste restent en tête des préoccupations de la population malgache. Elles devancent de très loin tous les tracas de la vie quotidienne qu’elle doit pourtant supporter. Les agressions sanglantes et le rapport plutôt inquiétant des autorités sanitaires sur la progression de la maladie nous ramènent  toujours à la triste réalité que nous vivons.

La peste et l’insécurité, les deux sujets de préoccupation actuels

Le projet de révision de la constitution a été l’un des sujets les plus débattus ces deux derniers mois. Il s’agit en effet d’un problème qui peut changer la donne politique puisque la constitution est un des piliers de notre république. Le débat engagé par les juristes, les hommes politiques et les membres de la société civile n’a que peu intéressé les citoyens. Actuellement, il semble avoir été clos après la situation dramatique dans laquelle se trouve le pays à cause de cette épidémie de peste non maîtrisée. La lutte contre cette maladie est la priorité des autorités et la préoccupation des citoyens. La maladie est au centre de toutes les conversations et elle perturbe la vie de tous les citoyens. Les habitudes ont été bouleversées à cause des  précautions à prendre. La polémique  qui s’est installée à propos de la rentrée scolaire décidée par le DIDEC est un des aspects de ce problème créé par la peste. Elle pose un véritable cas de conscience à des parents qui ne sont pas assurés de la sécurité sanitaire des établissements. On ne peut cependant pas les forcer à suivre les directives des responsables de l’enseignement catholique. La question de l’insécurité, même si elle semble aujourd’hui faire partie de notre quotidien, ne peut pas être occultée.  Des efforts sont fournis par les responsables des forces de l’ordre et des résultats commencent à être constatés. Mais on part de si loin qu’il faudra du temps pour que l’on puisse vivre sans crainte d’être attaqué et dépouillé.         Aujourd’hui, c’est sur ces deux sujets épineux et la manière dont ils vont être traités que le pouvoir va être jugé.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire