Thomas Sankara ou le « Che Guevara africain »



Jacaranda

Il s’appelait Thomas Sankara et son image fascine toujours la jeunesse africaine, trente ans après son assassinat par des membres de sa garde présidentielle. Celui qu’on surnomme « le Che Guevara africain » représente cet idéal qui fait rêver, celui d’une Afrique capable d’échapper aux contraintes des grandes puissances. La promesse faite par le président français de déclassifier  tous les documents concernant  cet événement sanglant  remet sur le devant de la scène cet homme d’Etat disparu trop tôt.

Thomas Sankara ou le « Che Guevara africain »

Les Malgaches connaissent bien Thomas Sankara. Il a été un des cadets  formés à l’académie militaire d’Antsirabe et il a, avec des jeunes officiers progressistes, renversé le gouvernement militaire de Jean Baptiste Ouédraogo le 5 août 1983. Il se fait très vite remarquer par ses positions anti impérialistes qui forgent sa légende sur le continent africain. Le président Didier Ratsiraka n’est pas insensible à son aura et il est l’un des invités de marque lors de la célébration du 10e anniversaire de la révolution socialiste malgache. Les officiels malgaches de l’époque se souviennent encore du discours remarquable qu’il avait prononcé lors du banquet d’Iavoloha         . Le président François Mitterrand, lui-même, fut désarçonné par le ton des propos du jeune chef d’Etat qui parla avec franchise des relations de la France avec l’Afrique. Mais ce parti pris de ne pas transiger signera sa perte et ce sont ses compagnons les plus proches qui prépareront son élimination. Il sera enterré à la sauvette et sa dépouille ne sera jamais retrouvée. Le capitaine Blaise Campaoré, considéré comme son ami intime, le remplacera à la tête de l’Etat. On affirmera sans pouvoir le prouver que c’est l’organisateur du traquenard où est tombé Thomas Sankara. Interrogé à plusieurs reprises sur les circonstances de la mort de ce dernier, il niera toute implication, mais les rumeurs sur sa culpabilité ne cesseront jamais. Aujourd’hui, le souvenir de cet homme d’Etat à l’envergure exceptionnelle est toujours présent et il inspire la jeune génération qui lui voue un immense respect. Avec la décision du président français d’ouvrir les archives concernant cet assassinat, c’est la connaissance d’une vérité longtemps tue qui va apaiser toutes les rancœurs exprimées depuis trente ans.

Patrice RABE

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.