L’urgence de l’aide aux sinistrés d’Ava

Le discours du président de la République à Iavoloha en a juste touché un mot, mais la situation des populations sinistrées après le passage du cyclone Ava est préoccupante. Loin du confort douillet de la grande salle du palais d’Iavoloha, les habitants des régions touchées par ce drame ont enduré courageusement les nouvelles épreuves qui leur tombent dessus. Après les propos lénifiants de cette cérémonie de présentation de vœux, on attend maintenant la réaction des autorités qui se disent mobilisées pour venir en aide à nos compatriotes victimes de ces intempéries.

L’urgence de l’aide aux sinistrés d’Ava

Le chef de l’Etat a vanté la bonne santé de l’économie malgache qui a connu un taux de croissance de 4,1% en 2017 et qui devrait atteindre 5,1 % en 2018, mais il a reconnu que ses effets ne se sont pas fait ressentir auprès de la population. Il a exprimé de l’empathie pour cette dernière et il en profité pour dire sa sollicitude aux compatriotes subissant en ce moment les assauts du cyclone Ava. Il a assuré que l’Etat ne se ménagerait pas pour leur venir en aide. Le BNGRC est maintenant présent sur le terrain pour apporter les premiers secours, mais les populations touchées se sentent désemparées devant l’ampleur des dégâts. Les autorités locales ont essayé de faire face, mais elles semblent dépassées par les événements. Certes, le cyclone Ava n’a pas atteint la force des météores qui ont dévasté la Grande Ile lors des années précédentes, mais il a quand même dévasté les régions qu’il a traversées. On apprend qu’Ava est en train de longer la côte et qu’il va entrer dans Brickaville. On ne sent pas pour l’instant cette mobilisation que l’on a connue dans des circonstances identiques à la même période. Hier soir, on attendait le bilan matériel et humain de cette catastrophe, mais il tardait à venir car on a appris que le responsables étaient venus à Tana pour assister à la cérémonie d’Iavoloha. La fête est terminée et on espère qu’ils vont vite revenir à leurs postes pour assumer leurs responsabilités.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.