Durcissement de la stratégie du régime envers ses adversaires

C’est une atmosphère politique viciée dans laquelle baigne la Grande île en ce moment. A quelques mois de l’élection présidentielle, les principaux adversaires du chef de l’Etat se  rendent compte qu’ils seront l’objet de nombreuses tracasseries et que leur parcours du combattant sera particulièrement éprouvant.  Le départ de la  course à l’élection présidentielle n’est pas encore lancé et pourtant, les embûches et les chausses trappes sont placées devant  ceux  qui ont un poids pour certain dans l’opinion.

Durcissement de la stratégie du régime envers ses adversaires

L’ancien président Marc Ravalomanana est le rival déclaré du chef de l’Etat. Il s’est déclaré très tôt candidat à l’élection présidentielle. Les manœuvres d’intimidation du pouvoir à son égard ont commencé très tôt et l’opinion en a été témoin, mais elle a manifesté sa réprobation sur les  réseaux sociaux. Cela n’a cependant pas fait reculer le challenger du chef de l’Etat qui a continué à mobiliser ses partisans. Il a pu mesurer lors de ses réunions publiques le crédit qu’il possède auprès de la population. Son entourage a pris conscience de l’importance de la campagne de sensibilisation menée par ses partisans. C’est certainement pour cette raison que certains membres de l’équipe du chef de l’Etat n’ont plus pris de gants pour le gêner. On a donc assisté à ces dérapages malencontreux, qualifiés même de  tribalistes par les commentateurs lors de la venue de Marc Ravalomanana à Toliara, il y a quelques jours et à Tolagnaro, hier. Les propos tenus par les manifestants venus l’accueillir n’ ont suscité aucune réaction de la part des autorités. L’ancien président sait donc à quoi s’en tenir et il peut s’attendre à d’autres manœuvres de déstabilisation à son égard. L’autre rival potentiel du chef de l’Etat, Andry Rajoelina, a fait sa première apparition médiatique  le week-end dernier. L’interview qu’il a accordée  à notre quotidien a fait grand bruit. Le pouvoir garde un œil sur lui  et doit certainement avoir un plan pour le gêner.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Elections présidentielles de 2018 ? : Le Pr. Ranjeva Raymond a souligné, avec raison et lucidité ,que : « EFA VITA NY BAOLINA 2018..! » Sur ce terrain des élections. Hery-Martial-HVM a déja tout quadrillé. « EFA VITA NY BAOLINA 2018″. Reste à savoir ce que comptent faire les autres  » leaders candidats » sans « stratégie d’alliance précise, claire ».

  2. Des « dérapages malencontreux, qualifiés même de Tribaliste,etc..! », dites-vous ? : Ne jouons pas avec le « diable »Svp! Nous savons très bien qu’ à M/scar, lorsque certains politichiens politicards malgâchis populistes, antipatriotes réactionnaires, traîtres à la Patrie, n’ont plus d’arguments plausibles et sérieux à faire valoir. On nous manipule, on nous mystifie (c-a-d le Peuple malagasy laborieux: ouvriers/Chômeurs/Paysans pauvres/ étudiants,etc) avec des idéologies-slogans des plus « réactionnaires », telles que le « fédéralisme sur fond de tribalisme primitif féodal », le  » Christianisme évangélico-biblique clérical moyenâgeux », « le Fihavananisme, le Ray-amandrénisme traditionaliste féodal » ou carrément on fait appel, en dernier ressort « au Militarisme Putschiste de l’homme fort, sauveur de je ne sais quoi » etc.. Mais en réalité et en vérité, quelle est la question cardinale que le Peuple malagasy laborieux doit d’abord résoudre, en priorité, pour qu’il puisse reconquérir son « Emancipation socio-économique et politique » ? C’est cette question, à la fois théorique et pratique, ayant trait à l’ETAT REPUBLICAIN vita-gasy, de fabrication made in France (1960 à…) et de son rapport de classe,sa nature de classe vis-à-vis de l’histoire de cette « malheureuse Nation malagasy », et ce depuis notre défaite militaro-politique face/contre la Frantsa reny-mamely, reny mpitsétsitra et leurs sbires patentés indigènes malagasy (1895, 1947). Et pour étudier, élucider le problème de l’ETAT, en particulier cet « Etat Républicain n°I, II,III, III-bis, et IV vita-gasy made in France (1960) Une perspective historique s’impose, concernant notamment sa véritable « NATURE DE CLASSE » (essence intrinsèque de classe) c-a-d la « nature de classe de l’Etat = Pouvoir d’Etat+ appareil d’Etat. Donc, toute personne ou Parti, groupe,groupuscule politique qui se meut dans les limites de l’idéologie dominante aura tendance à substituer au problème de la nature de l’Etat le problème des formes de gouvernement (Psd, Arema, Undd, Tim, Tgv, Mapar, HVM, Armada, I.E.M et autres platebandes ou plateformes ou plate-associations,etc dissimulant de cette manière le problème essentiel et décisif, celui de la « nature de classe de l’Etat » . Conclusion: Le Peuple malagasy laborieux ne doit pas se laisser dominer, mystifier et manipuler par leurs ex-colonisateurs ou leurs nouveaux néocolonisateurs impérialistes d’où qu’ils viennent.(surtout Vazaha Frantsay) Ildoit être prêt à prendre son destin en main. Nos « Dahalo mpilalao politikamalagasy de tous poils » ? On connaît comment ils sont, avec leurs promesses et bonnes intentions sans suite. N’est-ce pas ? C’est toujours du seza VVV en permanence ! Exemple : notre ex-Putschiste-DJ 2009. Son itinéraire politique en TGV, ensuite en MAPAR et enfin en I.E.M Parisien 2018. C’est tout de même comique pour une soirée politique dansante en DJ. Et son ex-allié mentor 2009 Didier Ratsimandrévy-Arema. Celui-là que va-t-il encore nous réserver comme surprise dans son « silence-retraite » actuel ? Combien de « ponts », de « poteaux électriques », de « routes », va-t-il dynamiter à l’instar de l’affaire 2001-2002 ? Oh.la.la !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.