A la recherche d’un « gisa mainty »

La course à l’élection présidentielle est bel et bien engagée. Ceux qui veulent briguer le poste de chef de l’Etat commencent à se faire connaître. Cependant, déclaration de candidature ne veut pas dire qu’elle sera validée par la HCC. Néanmoins, on peut se rendre compte qu’il n’y a pas de fatalité et qu’il ne faut pas se résigner à voir les mêmes personnalités occuper le devant de la scène. Certes, les obstacles à surmonter sont nombreux. Il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus.

A la recherche d’un « gisa mainty »

Les noms des candidats potentiels commencent à circuler dans le milieu des médias. On connaît bien évidemment ceux qui font figure de favoris. L’actuel chef de l’Etat est bien évidemment en tête de liste. Il en est de même d’Andry Rajoelina. L’ancien président de la République Marc Ravalomanana est, lui aussi sur la ligne de départ malgré l’épée de Damoclès qui est suspendue sur sa candidature par le pouvoir. A côté de ces personnalités connues, il y a des outsiders qui commencent à se montrer. Le pasteur Mailhol a très tôt affirmé qu’il entrerait en lice. D’autres se sont déclarés officiellement récemment. C’est le cas de Patrick Raharimanana sur son compte facebook ou de Mamy Raharimanana présenté par le parti Maeva. D’autres laissent filtrer des informations sur leur possible candidature. Plusieurs hommes politiques proches du pouvoir ne cachent pas leur intention de se lancer dans la course. On peut se demander si ces derniers ne roulent pas effectivement pour le régime et s’ils ne sont que des faire-valoir. Les citoyens attendent un véritable débat d’idées et la confrontation de projets sérieux permettant un développement de Madagascar. Pour le moment, on est bien loin de cela. Le « fisandratana 2030 » de Hery Rajaonarimampianina et l’IEM d’Andry Rajoelina font miroiter un avenir radieux pour la Grande Ile, mais aucun détail de leur réalisation n’est dévoilé jusqu’à présent. On attend donc des propositions concrètes de tous ceux qui vont briguer le poste de président de la République. C’est un « gisa mainty », (oiseau rare) comme le met en exergue un film projeté en ce moment, qu’on espère voir surgir dans le paysage politique actuel.

Patrice RABE.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. A LA RECHERCHE D’UN  » GISA-ORANGE, BLEU, JAUNE, VERT, BRUN, ROUGE, BLANC, NOIRE etc  » ? : Sans blague ! voilà encore un autre « rêve parfumé idéaliste ou mystique » . Cela ressemble à du « délire SCHIZOPHRENIQUE JOURNALISTIQUE..! » Dites-vous un « GISA-MAINTY » ? dans ces conditions-là, il ne nous reste plus qu’à traverser le canal de Mozambique, pour aller chercher un autre vrai et authentique  » GENA-MAINTY » du genre  » AMIN-DADA ou BOKASSA » ou « MOBUTU »,etc..! Savez-vous au moins que la couleur noire est la « couleur idéologique » des ANARCHO-LIBERTAIRES (c-a-d des gauchistes ou gauchards foute-merde de tous poils et tous styles !) ou Populistes Russes de la fin du XIXè siècle ! Parfois même les « FACHOS de tous bords » s’y réfèrent politico- idéologiquement à cette  » COULEUR NOIRE ». Soyons sérieux létsy ry Akama journaliste malagasy â..! Votre rêve idéalisé en termes de « GISA-MAINTY » est complètement « a-Historique » ( c-a-d que l’on rêve, spécule abstraitement en-dehors du mouvement de l’HISTOIRE REELLE-CONCRETE ) Autrement dit, un « non sens politico-historique » . EXEMPLE : Tous les soi-disant  » GISA-MAINTY FRANTSAY » du XVIIIè siècle (1789) tels que les « Robespierre, les Danton, les Saint-Just, les Camille Desmoulin,et autres,etc » Comment et dans quelles conditions historiques, sont-ils nés et apparus sur la grande scène de l’Histoire politique Française ? Sinon par la grande porte de cette terrible REVOLUTION SOCIALE ! N’est-ce pas ry Akama ? Et je dis bien : REVOLUTION SOCIALE et non REVOLUTION POLITIQUE. C’est là 2 Choses différentes, bien qu’elles soient liées dialectiquement. Pourquoi ? parce que toutes nos « crises politiques cycliques » qui ont traversé et secoué notre Pays et la société malagasy, depuis Mai 1972 jusqu’à aujourd’hui ( le dernier en date :Pustch réactionnaire 2009) n’étaient que des  » émeutes ou révoltes populaires urbaines ». Donc, des REVOLUTIONS PUREMENT POLITIQUES et non une véritable REVOLUTION SOCIALE, au sens fort historique du terme. Toutefois, une note spécifique bémolisée pour ce qui est des événements de 2001-2002. C’étaient également une « Révolte politique », car en vérité, elle n’a jamais remis en cause ou mis en danger l’existence même – et ce, jusque dans ses fondations – tout l’ « APPAREIL de cet Etat Républicain vita-gasy néocolonisé, made in France de 1960 » (surtout…surtout son bras armé; c-a-d APPAREIL D’ETAT (Armée+gendarmerie+Police,etc) Donc, l’affaire de 2001-2002 (Révolte politique armée) ne se résumant que par l’affrontement de 2 FACTIONS RIVALES ( d’un côté les RATSIRAKISTES et de l’autre, les RAVALOMANANISTES ) Et QUE VOULAIENT-ILS ?( leur but ultime) Sinon de s’emparer de cet « Etat Républicain vita-gasy néocolonisé, made in France 1960; mais…mais TEL QUEL  » . Autrement dit, ne mettant aucunement en danger sa  » NATURE DE CLASSE réelle ». EN CONCLUSION DE VOTRE REVE DE GISA-MAINTY ou DE JE NE SAIS QUOI = je dis simplement ceci :  » La souffrance, le désepoir et le malheur du Peuple laborieux malagasy, naît souvent de leurs propres  » ILLUSIONS ELECTORALISTES PERDUES » de 1972, 1975, 1991, 1996, etc..! » Salut ry Akama ! Bonne réflexion en GISA-ORANGE IEM, ou GISA-BLEU HVM et Bonne élection en GISA-FOTSY FRANTSAY..! SANS RANCUNE é ! LA REVOLUTION SOCIALE est le seul mouvement historique capable d’accoucher de ses entrailles le seul vrai et authentique  » GISA- PATRIOTE NATIONALISTE REVOLUTIONNAIRE  » pour M/scar et son Peuple laborieux malagasy. SANS RANCUNE é!

  2. Les Malgaches attendent vraiment des débats d’idées. Bien sûr, nous sommes encore dans le préambule en ce qui concerne l’IEM et face à la pratique malsain du fameux « copie collé », peut être que le fondateur reste prudent. Ce qui est sûr, c’est que le peuple ne mérite plus des promesse d’ivrogne ni de beau discours ni des « Fitabitro » sy « Laingalainga ».

Poster un commentaire