« Ne faites ce que j’interdis »



Jacaranda

Hery Rajaonarimampianina s’est rendu à Mahajanga avant-hier pour faire ce que le pouvoir avait interdit à Andry Rajoelina de faire deux semaines auparavant, se gardant toutefois de tenir un meeting en plein air par peur …bleue de réunir moins de monde que le raz-de-marée Orange.

« Ne faites ce que j’interdis »

Le président de la République ou le président candidat – c’est du pareil au même – a inauguré le « Baobab Tree Hotel and Spa ». Un événement à marquer d’une pierre blanche pour ne pas dire bleue selon le chef de l’Etat qui pense que, c’est une fierté pour la population de Mahajanga. Celle-là même que le Préfet de Police avait privé de l’inauguration de « zava-bita » par la Commune Urbaine. Des réalisations d’infrastructures notamment routières qui servent pourtant plus l’intérêt général  que l’ex-hôtel « La Piscine » qui n’est pas à la portée du Majungais lambda, même s’il est vrai que la réouverture de cet établissement va créer des emplois locaux, sans compter les effets induits. Ce qui pose problème, c’est le « faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que j’interdis et ce que je fais », quoique la Constitution consacre « l’instauration d’un Etat de droit en vertu lequel, les gouvernants et les gouvernés sont soumis aux mêmes normes juridiques, sous le contrôle d’une Justice indépendante ». Laquelle s’est exprimée à travers le Tribunal Administratif de Mahajanga qui a suspendu l’arrêté liberticide du représentant de l’Etat. Sur instruction sans doute du pouvoir central qui n’a pas donné d’autorisation de vol au jet spécial d’Andry Rajoelina et débarqué même, ce dernier de l’avion d’Ewa Air. L’empêchant ainsi de se rendre à Mahajanga où il a été invité par la Commune pour l’inauguration de « zava-bita ». L’ancien président de la Transition devait aussi saisir l’occasion pour remettre à la Ville, des dons ayant des impacts directs sur la population devant qui, il comptait aussi exposer son « Initiative pour l’Emergence de Madagascar ». Bien avant la « Vision Fisandratana 2030 » qui a été développée samedi à l’hôtel Roche Rouge par le chef des « cravates bleues » dont le passage dans la Cité des Fleurs n’était pas noir de monde.

R. O


Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.