Emergence de mouvements de contestation



Jacaranda

A trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle la campagne se déroule normalement. Du moins c’est ce qu’on constate au vu des meetings des candidats. Apparemment, ces derniers ont parfaitement maîtrisé leur planning de campagne, en couvrant une grande partie du territoire. Tout semble donc aller pour le mieux pour une élection transparente et crédible. Mais sous cette apparente tranquillité, on voit affleurer quelques écueils qui risquent de mettre à mal le bel ordonnancement mis en place.

Emergence de mouvements de contestation

Les efforts entrepris par la CENI pour organiser une élection crédible et transparente sont méritoires. Mais malgré cela, il existe des imperfections qui ne peuvent pas être cachées. Les observateurs dénoncent celles d’une liste électorale qui n’a pas intégré de nombreux électeurs. La Commission électorale nationale indépendante admet le fait, mais affirme qu’il est trop tard pour reprendre les opérations, et que même si elle le voulait, elle ne disposait pas du budget nécessaire pour ce faire. C’est dans ce contexte que différentes entités se dressent pour contester la tenue des élections. Des candidats rassemblés dans un collectif demandent l’annulation des élections à cause de toutes les anomalies constatées. Des personnalités qui ont lancé un  mouvement sécessionniste appelé « Fanjakana Gasy » déclarent leur intention de créer trois Etats dans la Grande Île, et ne reconnaissent plus l’Etat malgache tel qu’il existe actuellement. L’un des dirigeants du mouvement a été arrêté lors de la réunion qui a été organisée au restaurant Le Pavé à Antaninarenina, mais cela n’a pas pour autant décapité le mouvement car la détermination des autres membres est intacte. Il y a aussi les partisans de la Refondation qui ne se sont plus manifestés, mais qui sont prêts à venir grossir le rang des contestataires de tous bords. Doit-on s’inquiéter de l’apparition de toutes ces oppositions à la tenue des élections ? Pour le moment, cela ne gêne pas le processus électoral, mais un grain de sable peut se glisser dans la machine électorale, même si elle est bien huilée.

, Patrice RABE

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.