La messe n’est pas encore dite

Le processus électoral a été respecté. La CENI a proclamé les résultats provisoires dans les délais et elle l’a fait en respectant la loi. Les scores des deux candidats n’ont pas varié et c’est sans surprise que le président de la commission électorale indépendante a annoncé qu’Andry Rajoelina a obtenu 55,66% des voix et Marc Ravalomanana 44,34%. On ne peut pas encore affirmer que la messe est dite car c’est la HCC qui mettra fin à toutes les polémiques actuelles.

La messe n’est pas encore dite

Les contestations du camp de Marc Ravalomanana continuent et la proclamation des résultats provisoires de la CENI n’y met pas fin. L’absence remarquée du candidat n°25 et de ses partisans lors de la cérémonie d’hier s’apparente à du dédain. Le long préambule qui a précédé l’énoncé des résultats a permis de montrer qu’elle n’avait pas outrepassé son rôle. Elle s’est en quelque sorte dédouanée des anomalies qui ont été dénoncées par l’équipe du candidat n°25 et elle a bien spécifié que la HCC était la seule habilitée à annuler les résultats litigieux. C’est donc les juges constitutionnels qui vont mettre fin au blocage actuel. La cérémonie d’hier s’est déroulée dans une atmosphère plutôt lourde. Il n’y eut aucun déchaînement d’enthousiasme à la fin de la cérémonie, toute l’assistance étant consciente des difficultés à venir. Le camp Ravalomanana affiche une détermination qui déroute quelque peu les autorités. La manifestation de demain est le moyen que ses membres ont trouvé pour attirer l’attention sur toutes les anomalies constatées par eux-mêmes. La manière dont ils le font inquiète une partie de l’opinion. La présence de membres de force de l’ordre un peu partout en ville accroît cette appréhension. Mais la sagesse devrait prévaloir et c’est devant la HCC que des requêtes seront déposées pour éclaircir une situation très embrouillée.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Madagascar: la société civile a constaté des fraudes lors de la présidentielle
    Un bureau de vote à Antananarivo, le 19 décembre 2018.
    © REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

    Par RFI Publié le 28-12-2018 Modifié le 28-12-2018 à 16:33
    A Antananarivo, les chiffres annoncés par la Céni pour l’élection présidentielle donnent victorieux Andry Rajoelina. L’ancien président obtient un peu plus de 55 % des voix. Son adversaire Marc Ravalomanana conteste ces résultats. La Haute Cour constitutionnelle doit encore confirmer ou infirmer ces résultats et dispose de neuf jours pour le faire. En attendant, les observateurs nationaux se sont réunis ce vendredi 28 décembre au matin et c’est la plateforme qui regroupe plus de 120 organisations de la société civile qui a pris la parole. Elle a parlé de fraudes et a interpellé les candidats et la Haute Cour constitutionnelle.

    Dans ce climat de contestation des résultats, cette plateforme qui regroupe plus de 120 organisations de la société civile présente dans les 22 régions de Madagascar, interpelle plusieurs acteurs de l’élection présidentielle. Elle demande d’abord à la Haute Cour constitutionnelle de contrôler tous les résultats des bureaux de vote qui posent problème et de ne pas se contenter de vérifier les procès-verbaux, mais aussi des bulletins de vote.

    Elle appelle la HCC à saisir la justice compétente pour poursuivre les auteurs d’infractions électorales. Des fraudes, cette organisation en a constatées, puisqu’elle a déployé plus de 7 000 observateurs lors de l’élection. Des observateurs qui ont été témoins d’achats de vote avec de l’argent ou des biens matériels, notamment.

    Si Marc Ravalomanana a dénoncé des fraudes massives, les fraudes viennent des deux côtés, rétorque l’une des responsables de cette organisation. Mais elle précise, « dans les six régions où nous étions présents nous avons constaté que c’est le candidat n°13, Andry Rajoelina, qui a commis le plus d’infractions électorales ». Des recours seront d’ailleurs déposés à la Haute Cour constitutionnelle par cette plateforme.

    Enfin, elle appelle les deux candidats, et notamment le perdant de cette élection, à accepter les résultats définitifs proclamés par la HCC, une fois que toutes les irrégularités auront été traitées.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.