La place du 13 mai a retrouvé son rôle historique

Jacaranda

Les forces de l’ordre n’ont pas empêché les manifestants de se réunir sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Elles n’ont pas dispersé ce rassemblement qui était pourtant interdit car elles n’ont pas voulu s’opposer à  des citoyens désirant user de leur droit à la parole. La place du 13 mai est devenue le réceptacle de tous les témoins des anomalies de ce deuxièmetour de l’élection présidentielle. Les dénonciations ont été faites  de  manière directe  et  ont été faites en prélude au dépôt de requêtes à la  HCC, seule souveraine à statuer en matière de contentieux électoral.

La place du 13 mai a retrouvé son rôle historique

Le risque d’affrontements avait été évoqué depuis plusieurs jours. Les mises en garde du préfet avaient été multipliées pour dissuader les partisans de Marc Ravalomanana de venir sur le parvis de l’Hôtel de Ville et à la fin, une interdiction de manifestation avait été prise. Mais cela n’’a pas dissuadé  les manifestants de venir. C’est une foule déterminée, mais ne manifestant aucune agressivité que les forces de l’ordre ont eu devant eux. Leurs responsables ont compris qu’ils avaient devant eux des citoyens responsables  et après discussion avec les représentants des manifestants, ils ont décidé de ne pas s’opposer à ces hommes et ces femmes désirant s’exprimer librement. Les autorités ont laissé le meeting se tenir, se contentant de dire que les éléments sur place n’interviendraient qu’en cas  de débordement. Tout s’est bien passé, la sécurité étant parfaitement assurée par les manifestants eux-mêmes.  Les différents orateurs qui se sont succédés sur l’estrade ont donc pu dénoncer les anomalies et les malversations qui ont émaillé  cette  élection.  La place du 13 mai a retrouvé son rôle historique.  Les  révélations se sont multipliées et les témoins qui se sont  dressés ont multiplié les dénonciations, Ces propos s’ils s’avèrent exacts vont être lourds de conséquence, car ils vont appuyer les requêtes déposées  à  la  HCC. Les juges constitutionnels vont avoir du pain sur la planche, car ils devront examiner plusieurs milliers de recours avant de publier les résultats officiels. Ils sont le dernier recours pour avoir une élection libre et transparente.

Patrice RABE

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Ireto avy ny fahavalon-dra8 (nanao izay tsy nampahalany azy):
    – ny filoham-pirenena,
    – ny governemanta,
    – ny HCC sy ny CENI,
    – ny olom-boafidy sy mpiasam-panjakana isan-tsokajiny (maire, prefet …),
    – ny sefo fokontany,
    – ny olona tao @ birao fandatsaham-bato,
    – ny olona tao @ SRMV,
    – ary indindra fa izahay FOZA miisa 2 500 000 mahery.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.