Madagascar et RDC ; le difficile apprentissage de la démocratie

Jacaranda

Madagascar et le RDC ont vécu presque en même temps leur élection présidentielle. Notre pays s’en est bien sorti, puisque l’annonce de la victoire du nouveau président par la HCC n’a été suivie d’aucune contestation, le processus électoral ayant été parfaitement suivi.  La RDC, quant à elle, peut  connaître des troubles après la proclamation par la CENI de l’élection du principal opposant du président sortant, Joseph Désiré Kabila. Ce sont deux exemples à méditer pour la mise en place d’un véritable processus démocratique sur le continent africain.

Madagascar et RDC ; le difficile apprentissage de la démocratie

Madagascar a connu une période particulièrement agitée sur le plan politique. Le pays a réussi à sortir de la crise qui menaçait ses institutions grâce au compromis juridique proposé par la HCC. L’organisation d’une élection crédible et transparente a été l’objectif poursuivie par les autorités en place. Les nombreux manquements constatés n’ont pas empêché le  bon déroulement du processus électoral. De nombreuses critiques ont été émises par les observateurs sur cette élection, mais les résultats ont été acceptés par tous. La crainte d’une crise postélectorale n’avait pas de raison d’être parce que les Malgaches ont choisi de respecter la voie de la légalité. La victoire du nouveau président n’a suscité aucune réaction hostile  des partisans de son adversaire qui ont accepté le verdict des urnes.  Le perdant a félicité le vainqueur et a fait un discours d’apaisement et de rassemblement. C’est donc sous des auspices favorables que débute le nouveau quinquennat. La RDC a, sous la présidence de Joseph Désiré Kabila a vécu plusieurs années de violences et de désordre, ponctuées de tueries. L’annonce de la tenue d’une élection présidentielle a été sujette à controverse. 21 candidats ont été en lice et le scrutin plusieurs fois reporté s’est tenu après un mois de campagne électorale. Les résultats provisoires annoncés par la CENI proclament la victoire de l’opposant Félix Tshisekedi, mais sont contestés aussi bien par les autres candidats que par les observateurs internationaux. Madagascar et la RDC qui suivent pour le moment deux voies différentes montrent que la pratique démocratique s’acquiert difficilement.

Patrice RABE

Blueline Air Fiber

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. L’IDENTITE DE LA DEMOCRATIE EST ACTUELLEMENT DIFFICILE A RETROUVER, A CAUSE DE DIVERS OBSTACLES ET DE DIFFERENTS PROBLEMES SURTOUT POUR LES PAYS AFRICAINS FRANCOPHONES,.
    FRANCEHEMENT A DIRE PLUSIEURS NATIONS ONT FAIT DES EXPERIENCES ELECTORALES SUR LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES, CELUI QUI A ETE ELU PAR LE PEUPLE NE SERA PAS ELU, POURQUOI? POURQUOI?
    PARCQUE , CERTAINES INSTITUTIONS JURIDIQUES, CONSTITUTIONNELLES OU DES COMMISSIONS QUI ORGANISAINT LES ELECTIONS NE SONT PAS REELLEMENT INDEPENDANTES, ELLES ONT ETE INFLUENCEES PAR LA CORRUPTION SIMONISTIQUE D’UNE PART ET ONT EU DE LA PARTIALITE POLITIQUE D’AUTRE PART.
    IL Y A AUSSI UN AUTRE GRAND PLEBLEME , LE PROBLEME D’INGERENCE VENUE DE L’EXTERIEUR PAR LES BAILLEURS DE FOND OU DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES, TOUS CES CONTEXTES JOUAIENT SUR LES ELECTIONS DONC LA DEMOCRATIE A ETE MALE EXPRIMEE, CE N’EST LE PEUPLE OU LES CITOYENS QUI ONT EXPRIMEE LEUR VOIX , MAIS CE SONT CES DIVERS FACTEURS. LA DEMOCRATIE EST PIETINEE TOTALEMENT ET PRESQUE INEXISTANTE.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.