L’assainissement de la Capitale entamé

Jacaranda

Antananarivo,  la Ville des Mille, a perdu depuis longtemps cette image de capitale où il fait bon vivre. La surpopulation et l’anarchie qui y règnent en ont fait une ville où il ne fait plus bon vivre. La décision de la Commune Urbaine d’Antananarivo de ramer un certain ordre dans la cacophonie du centre ville est le début d’une reprise en main qui, si elle est effective, va redonner aux Tananariviens le goût d’arpenter les rues de leur cité et d’éprouver enfin une légitime fierté.

L’assainissement de la Capitale entamé  

 La Ville des Mille est une capitale dont le renom dépasse les frontières de Madagascar. Le charme désuet de ses quartiers s’est vite estompé au fil du temps à cause de la dégradation de ses infrastructures. Les autorités qui se sont succédé  n’ont pas eu la volonté nécessaire d’imposer des règles strictes à une population indisciplinée. Cela a engendré le spectacle de ces rues où la circulation est anarchique et où les marchands informels occupent les trottoirs. Les embouteillages ont fait de Tana une cité asphyxiée par la pollution. Il était temps que les autorités communales réagissent. Plusieurs décisions ont été prises pour remettre de l’ordre dans le centre ville où la situation était préoccupante. Les rues ont  été dégagées de tous ces commerces informels qui encombraient les trottoirs. Hier, ceux qui ont parcouru les artères du centre ville, d’Analakely à Ambohijatovo en passant par Soarano et Behoririka, ont éprouvé énormément de plaisir. Le problème, maintenant,  est de savoir si ces efforts qui ont porté leurs fruits vont perdurer. Le passé nous a appris que les récalcitrants sont nombreux et qu’ils vont tout faire pour bousculer les forces de l’ordre faisant respecter les règles instaurées. La Commune Urbaine d’Antananarivo a pris le taureau par les cornes et l’on souhaite qu’elle mène jusqu’au bout le programme d’assainissement de  la ville d’Antananarivo.

Patrice RABE

Blueline Air Fiber

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. Bravo pour la décision! Initiative que la population attend depuis longtemps. Mais décision qui devrait être suivie d’action et surtout de… suivi.
    Je passe le matin: de l’immeuble Ramaroson au lac de Behoririka, tout est dégagé, c’est vrai on circule agréablement. Je repasse vers 15h, les trottoirs sont totalement encombrés par les marchands, et les piétons (qui sont toujours très nombreux) sont contraints d’emprunter la chaussée, et là où théoriquement 3 véhicules peuvent circuler de front on n’ose même pas circuler à 2 de front.
    Donc on en revient au petit jeu de cache-cache : dès que les agents de la CUA ou agents de police (je ne sais pas exactement qui doit assurer le suivi) ont quitté les lieux , retour à la case départ!!!
    La population se pose la question: qui va se lasser le premier, les marchands ou la CUA? Ce n’est pas la 1ère fois que les autorités de la CUA (Maire ou PDS) ont décidé de procéder à un assainissement, mais toujours feu de paille! Alors est-ce que cette fois sera la bonne? Souhaitons-le; et bon courage à la CUA!

  2. …mais avec votre contribution, aussi petite qu’elle soit, ce la deviendrait plus facile et plus rapide…

  3. Il y a du boulot .

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.